/entertainment/tv
Navigation

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Photo d'archives, Le Journal de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

«Triste» et «fâchée», Sonia Benezra avait des sentiments partagés, jeudi matin, après avoir appris la mort de MusiquePlus, annoncée pour le mois d’août prochain. Celle qui a été la toute première VJ engagée par la station, en 1986, croit que M+ aurait pu connaître un autre sort si ses dirigeants avaient fait preuve d’un peu de vision.

Sonia Benezra est catégorique: MusiquePlus est une station qui aurait pu survivre si des décisions différentes avaient été prises ces dernières années. «Des fois, on cherche très loin pour faire quelque chose, alors que tout est là. On aurait pu faire une place pour la relève. On aurait aussi pu faire une place aux archives, avec les anciens VJ. Je sais qu’il y a plusieurs concepts qui ont été proposés et qui n’ont jamais vu le jour.»

Pendant des années, MusiquePlus était un passage obligé pour de nombreuses vedettes internationales de la musique, qui s’arrêtaient aux fameux studios vitrés du centre-ville. «J’ai de la peine pour les nouvelles générations qui ne pourront jamais vivre cette folie de savoir que leur vedette préférée allait être au coin des rues Sainte-Catherine et de l’Hôtel-de-Ville à 14 h. Tout le monde se réunissait. Les rues étaient fermées. It was fantastic!»

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Sonia Benezra à l'émission Le retour de Mario Dumont sur QUB radio:

 

Conserver les archives

Plusieurs anciens VJ de MusiquePlus se demandaient jeudi ce que le Groupe V Média allait faire avec les archives de la station, qui renferment de nombreux moments d’anthologie avec des vedettes de la musique, accumulés durant une trentaine d’années. Questionné à ce sujet par Le Journal, Michaël Majeau, directeur des communications et relations publiques pour le Groupe V Média, s’est fait rassurant. 

«Nous sommes parfaitement conscients de la valeur patrimoniale des archives de MusiquePlus, particulièrement en ce qui a trait aux nombreuses entrevues et prestations qui ont été réalisées. Nous travaillons là-dessus depuis un bon moment déjà, pour évaluer la meilleure façon de valoriser ces archives et d'en assurer la conservation.»

«Nous avons pris contact, dans la dernière année, avec des institutions gouvernementales comme Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Archives Canada, des organismes spécialisés dans la gestion et la conservation d’archives. Nous établissons présentement l’inventaire de notre vidéothèque et poursuivons nos discussions avec eux pour voir ce qu’il est possible de faire et pour nous aider dans ce projet.»

Le Journal a recueilli les réactions de 14 anciens animateurs de MusiquePlus sur la mort de la station.

Sonia Benezra      

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Jean Langevin\copyright agence QMI

«Je suis très triste d’apprendre cette nouvelle. Nous avons été très chanceux, notre génération, d’avoir vécu cette belle époque. Ça me fait de la peine pour les plus jeunes, qui ne vont jamais connaître ce genre de chose. [...] J’avais été la première VJ engagée. J’ai commencé le 2 septembre 1986, la première journée de MusiquePlus. Je suis restée jusqu’en 1991, quand je suis partie pour faire ma propre émission à TQS.»      

«C’était la meilleure école de tous les temps, on était obligés d’apprendre tout. Je trouve que c’était la première téléréalité, même si le terme n’existait pas à l’époque. La règle du jeu, c’est qu’il fallait être authentique. Mais on avait 20 ans, on ne savait pas qui on était! On était en train d’évoluer devant les téléspectateurs.»      

«C’était un passage obligé pour tous les artistes internationaux. C’était une télévision internationale au Québec. Je trouve ça extraordinaire. Il y avait une ouverture d’esprit, de culture, de tout ce qu’on peut s’imaginer. Il y avait une excitation quand les artistes, à l’époque, que ce soit Les BB, Mario Pelchat, Mitsou, Roch Voisine... on savait qu’ils allaient faire un vidéoclip. Tout le monde a commencé là. Tu reçois Alice Cooper, Sting et Paul McCartney entre tout ça. C’est triste pour les artistes d’aujourd’hui, qui n’ont pas de place, maintenant, pour aller promouvoir leur musique.»      

«Il y a eu un manque de vision [ces dernières années, avec MusiquePlus]. Des fois, on cherche très loin pour faire quelque chose, alors que tout est là. [...] Malgré ma tristesse, ce n’est pas comme si MusiquePlus avait disparu aujourd’hui. MusiquePlus a disparu il y a très longtemps, pour moi.»      

«Je suis fâchée. Le manque de vision est désolant. Il y avait beaucoup de choses à faire encore avec cette station. Si on avait eu un peu de vision... Il y a eu plusieurs concepts qui ont été proposés, qui se concentraient sur les artistes, sur les anciens VJ, sur la musique d’aujourd’hui. Ils n'ont jamais vu le jour. [...] C’était rendu une boîte de rediffusions. Avec tous les choix de chaînes maintenant, pourquoi on paierait pour ça?»      

Mike Gauthier     

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
ÉRIC CARRIÈRE/AGENCE QMI

«On savait que ça allait arriver, mais on se demandait quand. C’est comme une famille qui est autour de quelqu’un qui est branché sur le respirateur et tu dois prendre la décision. Ce n’était pas un boulet au pied pour V, je dirais, mais il y avait une décision qui devait se prendre. Ma connexion avec MusiquePlus s’est terminée en 2015. Depuis ce temps-là, c’était une chaîne comme une autre. Oui, ç’a été bon pour ma carrière. Mais à un moment donné, il faut être conscient de constater que l’impact a été beaucoup moins grand.»      

«J'y ai travaillé pendant 22 ans, de 1993 à 2015. J’ai connu les belles années. Parmi mes souvenirs, je suis choyé d'avoir assisté à l’ascension de Céline Dion, qui est devenue une star internationale. Aussi, rencontrer Jimmy Page et couvrir la tournée 777 de Rihanna. C'étaient des moments intenses.»      

«Quand j’ai été remercié, c’était par la force des choses. Le mandat musical disparaissait de plus en plus. Je ne cadrais plus là-dedans. Ce sont des décisions que je comprends.»      

«La seule façon de faire survivre la musique, aujourd’hui, à la télévision, c’est de faire des événements, comme La Voix et En direct de l’univers. Tu ne peux plus mettre dans une boîte magique un vidéoclip sans avoir d’artifices autour. Ça prend de l’événementiel pour garder l’attention des gens.»      

Valérie Roberts       

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Sébastien St-Jean / Agence QMI

«Je suis vraiment triste d'apprendre la nouvelle de la mort de M+. Mais en même temps, il faut être réaliste, ça fait des années que les heures glorieuses de la station sont derrière nous... Je me sens privilégiée d'avoir participé à cette institution qui va toujours demeurer dans nos souvenirs! Je suis nostalgique de l'époque où les vidéoclips et la musique avaient une place au petit écran, dans une chaîne qui a marqué des générations. Mais je suis consciente que l'univers télévisuel est en pleine évolution et qu'il n'y avait plus grand-chose à faire avec M+ comme on le connaissait avant. Malheureusement.»     

 Geneviève Borne      

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Photo courtoisie

«Travailler à MusiquePlus, pour moi, était un rêve! J’y suis restée huit ans, de 1992 à 2000. J’y ai rencontré toutes mes idoles de la musique, quel privilège! C’était un laboratoire extraordinaire, parce que nous avions une liberté créative immense. C’est bien sûr internet qui a pris la place de MusiquePlus... Particulièrement YouTube, qui permet de visionner des vidéoclips ou des entrevues à tout moment. Mes années MusiquePlus resteront parmi les plus belles de ma carrière.»      

Pierre Landry     

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Capture d'écran / Archives / Facebook / Instagram

«La mort annoncée de MusiquePlus était quand même prévisible. La chaîne n'y présentait plus de contenu musical depuis un certain temps. Aussi bien faire un rebranding (comme fut le cas avec MusiMax, d'ailleurs).»      

 «Je garde (et garderai) d'excellents souvenirs de mes cinq années à M+. J'ai pu rencontrer ou voir certaines de mes idoles (R.E.M., David Bowie, Foo Fighters... la liste est longue!). Mais surtout, ce sont les moments avec les collègues devant et derrière les caméras... MusiquePlus était un laboratoire créatif où tout le monde mettait sa touche personnelle. Il y a un très grand nombre d'anciens de MusiquePlus qui œuvrent en télé, en cinéma, en web, en production, etc. Oui, je suis triste de la disparition de MusiquePlus, mais je suis surtout très fier d'être parmi ceux et celles qui ont fait partie de l'aventure!»      

 Véronique Cloutier     

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

«La fin de M+, c’est bien triste, mais pas vraiment surprenant. Ce n’était plus du tout la même station depuis longtemps. J’ai donc l’impression que le deuil des nostalgiques de la vieille époque était déjà fait.»      

«La façon de consommer la musique et les clips a tellement changé, c’était inévitable d’en arriver là. Les gens ont maintenant accès à leurs artistes préférés sur les réseaux sociaux, sur les applications, sur YouTube... On est bien loin du temps où on enregistrait M+ dans la journée sur notre petit VHS pour regarder les vidéoclips et les interventions des VJ en rentrant de l’école!»      

«Je suis très triste pour ceux qui y travaillaient encore et qui perdront leur emploi. Mais j’ai tout de même envie de remercier le groupe V d’avoir essayé de faire évoluer le modèle. Malheureusement, on ne peut rien contre les temps qui changent.»      

«Je n’en garderai que de beaux souvenirs. M+, c’était une vitrine exceptionnelle pour les artistes musicaux de tous genres, mais aussi un tremplin et une école extraordinaires pour des animateurs et journalistes de la relève, encadrés par des Claude Rajotte, Mike Gauthier et Denis Talbot d’expérience.»      

Mathieu Marcotte       

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Photo courtoisie

«C’est certain que c’est une triste nouvelle. Pas une nouvelle surprenante, mais un dernier clou dans le cercueil d’une station qui a complètement changé le paysage télévisuel québécois. Même si MusiquePlus avait perdu son identité il y a longtemps, je suis tombé très nostalgique en apprenant la fermeture officielle.»      

«Pour moi, il y a deux M+. Premièrement, il y a le M+ de mon enfance/adolescence. Une télé avec laquelle j’ai grandi, où la musique était mise de l’avant, où l’on pouvait découvrir des artistes, où tout semblait permis. Les clips légendaires et les VJ qui les présentaient. Ils ont marqué plusieurs générations: de Claude Rajotte à Rej Laplanche, en passant par le Grand Talbot, Marisol, Geneviève Borne, Elsie Martins et tous les autres... M+, c’était une manière différente de faire de la télé. Une télé jeune qui parlait vraiment aux jeunes. Puis il y a le M+ que j’ai connu en tant que VJ. Un environnement de travail ultra-créatif, des employés extrêmement débrouillards et une pépinière de talents sans égale. On me disait souvent: c’est le fun, M+ va t’ouvrir des portes... Mais pour moi, ce n’était pas une porte d’entrée, c’était la destination!»      

«Quel est l'avenir de la musique à la télé? Ouf... difficile à dire. Le vidéoclip se consomme presque entièrement sur le web, aujourd’hui. Une télé comme le MusiquePlus d’antan ne serait pas viable, mais je crois qu’il y a de la place pour des documentaires musicaux, des prestations live et des découvertes de nouveaux talents. Cela dit, je ne suis pas très optimiste. Il est rare, maintenant, de voir une prestation qui n’est pas une reprise, un hommage ou un duo avec un aspirant chanteur.»      

 Dany «Babu» Bernier     

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Photo d'archives

«Je ne suis pas surpris de la mort de MusiquePlus. J’étais au courant depuis quelques mois. Pour moi, MusiquePlus est mort depuis longtemps. Nous avons eu de la chance d’y travailler dans le bon temps. Babu à bord, Babu à planche, les nombreuses portes ouvertes sont des souvenirs inoubliables. Mais ce qui reste le plus marqué dans mon cœur, c’est que nous étions de vrais amis, une vraie famille. Ce n’était pas juste une image, c’était vrai. La musique à la télé s’est terminée depuis l’arrivée de YouTube. Nous le savions dès le lancement de la plateforme web. Je crois que TVA fait un bon boulot avec La Voix. Ce n’est plus le directeur musical de MusiquePlus qui décide quels artistes deviennent des stars. Maintenant, ce sont ceux qui décident de peser ou non sur le gros bouton rouge. Quelques exceptions arrivent à percer sans eux, mais ils ou elles sont rares. Je travaille sur un projet depuis déjà plus de deux ans, qui pourrait ressembler à ce qu’était MusiquePlus dans le temps. Nous pourrions ainsi combler un manque pour les anciens fans de la station et aussi aider la relève musicale du Québec. Tout est possible. Suffit d’y croire.»      

Tatiana Polevoy       

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
ÉRIC CARRIÈRE/AGENCE QMI

«Ce n'est pas comme si on était surpris. Depuis plusieurs années, c'était une institution en déclin. Il reste que ça fait mal à apprendre, parce que, pour ceux qui y ont travaillé, c'est très émotif, la relation qui nous rattache à M+. Ç'a souvent été notre première chance. Pour la plupart des gens qui y ont travaillé, M+, ç'a changé notre vie. Il faut aussi comprendre que, comme c'était un lieu où la créativité primait, où il y avait de l'effervescence, de la jeunesse, plusieurs d'entre nous ont vu leur vie personnelle changée à jamais par leur passage là-bas: amitiés, amours, liens professionnels qui demeurent des années plus tard.»      

«MusiquePlus, j'y ai tout appris! Je me rappelle, en 2010, à mes débuts, Luc Doyon me rentrait dans le bureau une fois par semaine et, ensemble, on regardait toutes mes animations à la caméra. Ça a été ma meilleure école. Ça démontre la générosité de ce patron-là à mon égard, mais aussi la générosité d'une station à l'égard des jeunes. À M+, on pouvait se tromper, essayer, recommencer, on avait des chances.»      

«Je refuse de croire que la musique n'a plus sa place à la télé. On en consomme plus que jamais, elle est plus accessible que jamais grâce au streaming, il faut encore qu'il y ait de la “curation”. Les succès de Belle et bum, d'En direct de l'univers, de La Fureur, sont les preuves qu'il y a de la place pour la musique à la télé. On est capable de parler de télé pendant 60 minutes à ARTV avec C'est juste de la TV; pourquoi n'est-on pas capable de mettre un équivalent d'émission qui parlerait de musique? Qu'une boîte de production télé lise ceci et se réveille!»      

Tobie Bureau-Huot     

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Photo Ghyslain Lavoie / Le journal de Montréal

«Quelque part, dans mon cœur, MusiquePlus n'était plus qu'un nom depuis environ l'époque où j'ai quitté, en 2010. Avec la fin d'Infoplus et ses entrevues, la fin de Plus sur commande, qui mettait le public en relation directe avec les artistes... Je crois que “la musique” est un parapluie trop large pour parler de “l'avenir de la musique à la télé”, parce qu'après tout, La Voix, c'est aussi de la musique à la télé.»      

«Je m'ennuie surtout de l'époque où il y avait quelqu'un pour challenger les artistes en entrevue. Les réseaux sociaux, ça permet aux artistes d'avoir un lien direct avec leurs fans, soit, mais ça permet aussi, un peu trop à mon goût, de contrôler le message.»      

«On parle du fameux studio... Mon souvenir le plus vif restera toujours mon premier screen test. J'étais animateur radio à Trois-Rivières, j'attendais à la réception et, quand on est venu me chercher, la caméra roulait déjà. Robert Beaudry m'a tendu un micro en disant: “Let's go, fais-nous les animations que tu as préparées.” En plein milieu du studio, avec Rej, Chéli, Joanne Vrakas qui travaillaient à leur bureau, à trois pieds de moi. C'était intimidant, mais tellement “thrillant”, parce que c'était exactement ça, la vibe MusiquePlus.»     

«On savait, en tournant OD+, qu'on fermait le studio pour de bon. Ça se jasait. Je suis content d'y avoir bouclé la boucle avant qu'on condamne à jamais le fameux escalier!»      

Patrick Marsolais     

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Sébastien St-Jean / Agence QMI

«Honnêtement, ça me laisse assez froid. C’est même presque un soulagement. Quand tu vois quelqu’un agoniser pendant un bout, quand il finit par mourir, tu fais: “Coudonc, il était temps.” Les beaux moments, les beaux souvenirs, tout ce que j’avais à vivre avec MusiquePlus, c’est parti il y a plusieurs années. Le deuil est fait depuis longtemps. Je n’ai aucun problème avec ça. On ne pouvait plus rien faire. Ça ne donne rien de s’acharner non plus.»      

«J'y ai travaillé de 1996 à 2000, surtout comme journaliste. Mais j'ai aussi animé SPAM. Comme souvenirs, je garderai les voyages. Dans ma vie, je voulais devenir journaliste pour voyager. Grâce à MusiquePlus, j’ai pu le faire. Ç’a été extraordinaire. J'ai fait des voyages au Brésil, en France, en Angleterre. Ç’a été vraiment fabuleux pour ça. Encore plus, ce que je garde comme souvenir, ç’a été ma plus belle famille professionnelle. On n’avait pas d’enfants, on avait entre 20 et 30 ans. Le Spectrum était en face. On était des malades de musique. On finissait de travailler, on traversait la rue pour voir des shows, trois ou quatre fois par semaine. Je n’ai jamais reconnu ça par la suite. C’était vraiment une famille de passionnés. Pas juste les gens en ondes, aussi les techniciens, les caméramans. C’étaient tous des tripeux de musique.»      

«Un avenir pour la musique à la télé? Bonne question. Je me demande si les gens ont vraiment envie de musique à la télé. Je ne sais pas quoi répondre à ça. J’aimerais tellement ça te dire oui, mais je pense que non... Toutes les grandes productions, les concerts, ç’a tout été abandonné. Oui, quand c’est propulsé comme La Voix, oui, ça peut marcher. Mais les concerts ou entrevues, avec YouTube, je ne vois pas vraiment d’avenir pour ça.»      

 Isabelle Desjardins     

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Agence QMI

«J’ai eu 18 ans à MusiquePlus. C’était toute ma vie. C’était ma maison. Ces gens qui travaillaient si fort derrière les caméras étaient ma famille. J’y ai appris tellement de choses. Je suis triste, mais je crois que ça aurait dû être fait avant. Avant de devenir un grand flop. Les visionnaires de cette chaîne ont emporté avec eux le secret de la réussite. Le contenu aurait dû rester musical et les émissions de variétés auraient aussi, sans doute, dû rester produites au Québec. Une chose est sûre, tous ceux et celles qui ont travaillé à MusiquePlus ont le logo tatoué sur le cœur.» 

 Nabi-Alexandre Chartier     

Mort de MusiquePlus: les anciens VJ réagissent
Capture d'écran / Archives / Facebook / Instagram

«Ma première réaction, en apprenant la nouvelle, fut la surprise, même si on savait que la chaîne était sur le respirateur artificiel depuis un moment déjà. YouTube et le streaming ont changé nos habitudes de consommation de vidéoclips et, partout dans le monde, les stations de télé musicales ont dû accuser le coup. Une fois la surprise passée, ce fut un pincement au cœur, parce que MusiquePlus était comme une deuxième famille. Ce fut mon premier job à 17 ans, grâce au concours VJ recherché. Une expérience qui m'a ouvert tellement de portes et qui m'a permis de mettre le pied à l'étrier!»

«MusiquePlus restera pour moi un laboratoire de création incroyable. On bénéficiait d'une liberté totale et on en profitait pour essayer des choses. Un espace de création en direct précieux, et qui a formé tellement d'animateurs (un découvreur de talents, aussi, pour les animateurs de la diversité qu'on voyait très peu ailleurs), réalisateurs (de MusiquePlus et de clips), caméramans, monteurs, etc., qu'on retrouve désormais partout ailleurs dans l'industrie. C'était le DIY (do it yourself) à son meilleur. Tous les rêves étaient possibles, à condition que ça ne coûte pas trop cher.»      

«Je me souviendrai toujours des portes ouvertes et des jams des neiges, où des milliers de jeunes bravaient le froid pour venir nous rencontrer et nous dire à quel point on faisait partie de leur quotidien. J'y ai vu des centaines de groupes, j'ai rencontré mes idoles, de Green Day à Britney Spears, en passant par Jean Leloup.»      

«Je pense qu'il y a encore un appétit pour les happenings musicaux à la télé, les grands concerts et les bonnes émissions de variétés. Et le clip n'est pas mort, il continue de se faire des choses vraiment intéressantes dans ce domaine, mais j'avoue que je ne suis pas sûr que le format télévisuel soit la meilleure plateforme [...] “Pense internet”, comme ils disaient dans Les jeunes loups... La game a changé. L'annonce d'aujourd'hui en est la preuve.»

Patrick Groulx

«C’est certain que l’annonce de la fermeture de MusiquePlus me touche beaucoup. La station en a fait beaucoup pour moi et pour la relève en général. Pour moi, cette période de ma vie est synonyme de liberté et d’épanouissement. J’ai eu la chance de faire deux saisons du Groulx luxe, c’est n’importe quoi avec Rafaël Ouellet. Il n’y a pas une journée qui passe sans qu’on me parle de cette époque. J’ai une pensée toute spéciale, aujourd’hui, pour Paola Simonetto, qui était productrice de l’émission et qui nous a fait complètement confiance.»

À VOIR AUSSI