/news/society
Navigation

Une centaine de Québécois sont coincés dans un conflit en Haïti

Des gens sont blessés et même tués lors de violentes manifestations contre le président

Coup d'oeil sur cet article

Près de 100 Québécois sont coincés depuis une dizaine de jours dans un complexe hôtelier d’Haïti, en raison du féroce et sanglant conflit politique qui paralyse le pays.

C’est en réponse au président Jovenel Moïse, qu’ils voient comme un menteur et un corrompu, que les Haïtiens protestent dans des conditions épouvantables depuis le 7 février.

 

« Les citoyens déplorent la mauvaise gestion et le fait que la vie coûte cher. Ils veulent la révolution », explique Patricia Jean, une Haïtienne ayant vécu au Québec durant 25 ans.

La femme de 33 ans a été jointe, jeudi, à Port-au-Prince. Elle est confinée chez elle depuis le début de la crise.

Des scènes de carnages se manifestent. Des gens sont blessés et tués, des voitures incendiées, des routes bloquées, des rues désertées. On déconseille à la population de les emprunter, au cas où des protestataires surgiraient et les attaqueraient.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Régine Laurent à l'émission Le retour de Mario Dumont sur QUB radio :

Les affrontements entre les policiers et les manifestants ont causé un mort, mercredi, portant à au moins sept le nombre de personnes tuées depuis le début du conflit.

« On ne peut pas sortir à l’extérieur, de peur de se faire lancer des roches, même si le mouvement de foule n’est pas contre nous », ajoute Mme Jean.

Des pneus brûlaient devant le Palais national dans la capitale d’Haïti.
Photo AFP
Des pneus brûlaient devant le Palais national dans la capitale d’Haïti.

Confinés à l’hôtel

Tous les vacanciers québécois d’Air Transat qui se trouvent au pays – une centaine au total – ont été regroupés au Royal Decameron Resort, à environ 75 km de l’aéroport de Port-au-Prince.

« On travaille avec les autorités pour avoir un convoi terrestre sécuritaire qui puisse les amener à l’aéroport », confirme Debbie Cabana, porte-parole d’Air Transat.

Un appareil et un équipage seraient prêts à tout moment pour un éventuel décollage, dit-elle.

Le corps sans vie d’un manifestant gisait au cœur de Port-au-Prince durant une manifestation, mercredi.
Photo AFP
Le corps sans vie d’un manifestant gisait au cœur de Port-au-Prince durant une manifestation, mercredi.

Le rapatriement par hélicoptère ne serait pas priorisé par le transporteur, même si certains Québécois sur place avancent avoir aperçu des Américains partir de cette façon.

« On n’a pas de confirmation que d’autres transporteurs avaient organisé une évacuation de la sorte, dit la porte-parole. On préfère attendre qu’ils soient escortés. Ils sont en sécurité pour le moment. »

Deux employés de la Ville de Montréal se trouvaient également en Haïti. Le cabinet de la mairesse a précisé qu’ils avaient été rapatriés, jeudi.

Photo AFP

Peu encourageant

Toutefois, huit agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) s’y trouvent toujours.

« Pour l’instant, c’est le SPVM qui décide. On est en pourparlers avec eux. Ils sont associés à une mission de l’ONU, c’est un autre cercle de décision. On va les laisser faire leur travail », précise la mairesse Valérie Plante.

Elle s’est toutefois assurée que les employés de la Ville reviennent le plus rapidement possible.

Une manifestante en colère s’apprêtait à lancer une pierre, mercredi, à Port-au-Prince.
Photo AFP
Une manifestante en colère s’apprêtait à lancer une pierre, mercredi, à Port-au-Prince.

Sur les réseaux sociaux, les commentaires en créole ne laissaient guère croire que la situation allait s’améliorer vendredi, selon Mme Jean.

« Ça s’annonce pire, même », avance-t-elle.

Le président d’Haïti s’est adressé à la population jeudi soir, condamnant la violence et assurant qu’il allait demeurer au pouvoir.

« Je ne sais pas si ça va calmer le jeu ou empirer la situation », a dit Mme Jean avant le discours.

De son côté, Ottawa a décidé jeudi de fermer temporairement son ambassade à Port-au-Prince.

– Avec Sarah Daoust-Braun, Agence QMI, et TVA Nouvelles