/lifestyle/sexromance
Navigation

La communication, bien plus que du blabla!

Couple having problems in relationship
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

La communication, base de tous liens, peut parfois venir à bout du couple le plus aimant. Il en va de même pour l’intimité sexuelle : elle ne survivra pas longtemps si les partenaires ne se parlent pas ! Force sera donc de reconnaître qu’alors il est possible que ce soient les canaux de communication qui ne sont pas syntonisés de la même manière. Place au développement de cette habileté !

Des clés importantes

♦ Que votre motivation à ­discuter soit juste. Si vous souhaitez communiquer avec votre partenaire pour le convaincre, pour lui faire avouer ses torts ou le placer devant ses limites, soyez assuré que la discussion ne sera pas des plus bénéfiques. Avoir une attitude bienveillante consiste — entre autres — à ­vouloir faire équipe avec l’autre, dans le respect, afin de trouver une ­solution ou une entente.

♦ Soyez responsable de vos paroles. Nous sommes responsables de ce que l’on dit et de la manière qu’on le dit — mais pas responsable de la façon que c’est entendu. Pour bien communiquer, il faut à tout prix ne pas être ­blessant, condescendant ou ­accusateur. Lors d’une prise de parole, je vous propose de toujours vous questionner : est-ce que cela sera positif pour le couple ? Si la réponse est oui, assurez-vous de prendre les bons moyens pour vous exprimer, c’est-à-dire avec le « je ».

♦ Un sujet à la fois ! Il arrive souvent que les gens commencent à discuter et que le tapis des reproches ou des anciennes mésententes se déroule ! S’entendre sur un seul sujet de discussion à la fois permettra à l’un et à l’autre d’exprimer le fond de sa pensée et de se concentrer uniquement sur ce sujet.

♦ Choisissez le bon moment. Lorsque la discussion risque de s’étirer ou de provoquer des vagues d’émotions, il vaut mieux redoubler d’attention quant au moment choisi pour cette conversation. Si l’autre (ou vous-même) est dans un état de fatigue, de stress, que l’environnement est bruyant ou rempli d’interruption, qu’il a ­envie, faim ou est malade, on peut être assuré que ce ne sera pas constructif.

♦ Communiquer, ce n’est pas se battre en duel. Une des erreurs les plus communes réside dans le fait d’avoir l’impression qu’il faille convaincre l’autre quand on lui parle d’un sujet ou que l’on exprime une opinion. Évitez de tourner une discussion banale en bataille : aucun besoin d’un gagnant et d’un perdant !

♦ La dernière clé et non la moindre : s’écouter ! Savoir écouter est un art qui se développe ! Écouter signifie accueillir les propos de l’autre — émotions comprises — et ne pas juger ni du contenu ni du ressenti. Plutôt que de s’accrocher aux détails du déroulement d’un événement (souvent devenu non pertinent au moment où vous vous parlez), mettez l’accent sur vos ressentis respectifs. Écouter ne veut pas dire être d’accord, approuver, avoir envie d’aller dans le même sens. Écouter, c’est reconnaître que l’autre est important !