/world/america
Navigation

Le journaliste Félix Séguin au cœur de la crise en Haïti

Le journaliste Félix Séguin au cœur de la crise en Haïti
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’envoyé spécial de TVA Nouvelles dans la capitale haïtienne Port-au-Prince, Félix Séguin, est atterri au cœur de la crise qui secoue le pays, vendredi.

• À lire aussi: Soulagés de rentrer au Canada

• À lire aussi: Haïti: des manifestants brûlent un drapeau américain

Sur place, notre journaliste a vite constaté que la tentative du président Jovenel Moïse de calmer le jeu en prenant la parole jeudi soir n’a pas du tout fonctionné, alors qu'une autre grande journée de manifestations était en cours. Dans les rues, la tension était à couper au couteau. 

 

«C’est une journée d’insécurité, de manifestations, de tensions entre les policiers et les Haïtiens à Port-au-Prince», a affirmé Félix Séguin 

La principale revendication des manifestants concerne le coût de la vie, particulièrement en ce qui concerne le prix de l'essence. Les stations-service sont d'ailleurs actuellement protégées par des gardes armés. La corruption du gouvernement et le détournement de fonds mobilisent les manifestants. 

Félix Séguin a rappelé le coût élevé de la nourriture et de l'eau, alors qu'une bouteille se vend jusqu'à 10 $. 

Selon un habitant de Port-au-Prince, Haïti n’a jamais été aussi près d’une insurrection civile. 

«C’est palpable. Si vous avez l’habitude de venir, vous pouvez voir la différence, a-t-il dit. On est dans l’incertitude. On ne sait pas ce qui se passe. Les gens ne sortent pas parce que tout peut arriver maintenant. On vient de passer dix jours sans être gouvernés.» 

Un avion presque vide

 

L’appareil de type Boeing 737 dans lequel notre journaliste était s’est posé un peu avant 15 h à l’aéroport Toussaint Louverture d’Haïti avec à son bord seulement neuf passagers, dont cinq sont des journalistes. 

«L’aéroport est presque vide. Sur le tarmac, on n’a vu qu’un aéronef et aucun autre gros porteur», a constaté Félix Séguin. 

Il faut dire que les routes reliant l’aéroport aux grandes villes font l’objet, pour la plupart, de blocus routiers.