/travel/destinations
Navigation

Un coup de canon spectaculaire

VOY 0216 - CUBA
Photo courtoisie À neuf heures pile, tous les soirs, le coup de canon donne l’heure juste à tous les Havanais

Coup d'oeil sur cet article

Les Cubains ont su conserver, de leur passé colonial, certaines coutumes historiques qui se sont perpétuées jusqu’à nos jours.

Ainsi tous les soirs, depuis 1674, un coup de canon se fait entendre à travers toute la ville de La Havane à neuf heures pile du soir, pour rappeler un certain couvre-feu qui avait lieu à une autre époque.

C’est en effet à cette heure précise que se refermaient les deux portes de la ville de San Cristobal de La Habana, comme on l’appelait à l’époque.

Les autorités espagnoles de l’île avaient fait construire un long mur autour de la cité pour se protéger des attaques fréquentes de pirates et de mercenaires. Cuba était une étape nécessaire où les navires chargés d’or et autres matériaux précieux volés aux nations amérindiennes du Mexique et du Pérou s’arrêtaient pour ensuite regagner les côtes d’Espagne.

VOY 0216 - CUBA
Photo Adobe Stock

Il y avait donc deux Havane : intra-muros et extra-muros. Ceux qui ne voulaient pas passer la nuit à l’extérieur de la ville avaient intérêt, au moment du coup de canon, à se presser de regagner la capitale, en franchissant l’une des deux portes construites à même la muraille de pierre, portes qui ne s’ouvraient ensuite qu’à 4 h 30 du matin. Surtout les esclaves, car s’ils ne rentraient pas au bercail, ils seraient considérés comme fugitifs et cela pouvait leur coûter la vie. Aujourd’hui, la muraille a été détruite, mais on peut encore apercevoir, ici et là, quelques vestiges.

Cette tradition lointaine, interrompue uniquement pendant la Seconde Guerre mondiale, entre 1942 et 1945, donne lieu à un spectacle hautement médiatisé, sur les hauteurs de la forteresse San Carlos de la Cabaña, à quelques enjambées du château des Trois Rois du Morro, là où se déroule actuellement la 28e Foire internationale du livre de La Havane.

Tambour battant

Quelques minutes avant 21 h, un peloton formé de quelques artificiers, un porte-drapeau, un éclaireur muni d’une torche et des soldats armés de vieux mousquets et vêtus en uniforme d’époque, sous la direction d’un officier, se présente sur les lieux et défile au pas militaire jusqu’au canon, au son d’un tambour battant.

La cérémonie se déroule face à la baie. Le rituel de la mise à feu et les palabres qui l’accompagnent durent une dizaine de minutes. Puis, à neuf heures pile, immanquablement, se fait entendre le coup de canon : boummmm ! C’est le moment top chrono pour les Havanais d’ajuster leurs montres et horloges.