/weekend
Navigation

En attendant la fin du monde

Suzanne Jacob
Photo courtoisie, Rémi Boily Suzanne Jacob

Coup d'oeil sur cet article

Écrivaine dont l’œuvre a été récompensée par le prix Athanase-David, Suzanne Jacob offre à ses lecteurs de petites allégories sur la mort annoncée de notre monde, dans son nouveau recueil de nouvelles, Feu le soleil.

Au moyen d’une galerie de personnages qui réfléchissent ou conversent entre eux, Suzanne Jacob s’interroge sur la nécessité de survivre comme espèce, sur l’intérêt ou l’indifférence face aux nombreuses menaces qui planent sur l’humanité, sur la précarité de la vie.

La mort du soleil concerne tous les soleils — métaphoriques aussi.

« La mort de la mère, par exemple, la mère est un soleil pour la personne qui en parle. Elle dit : “Je pensais que toutes les lumières s’éteindraient” », commente-t-elle.

Suzanne Jacob cible plusieurs sujets de société à travers ses textes, entre autres la paix dans le monde.

« J’insère des événements réels qui accompagnent l’écriture et qui en augmentent l’intensité. Dans nos pensées, c’est la même chose. Nous partageons les nouvelles. Nous partageons le fait que des femmes sont lapidées dans d’autres pays. C’est un monde commun. Mais c’est autobiographique en même temps parce que c’est contemporain de ma vie. »

<i>Feu le soleil</i></br>
Suzanne Jacob</br>
Éditions du Boréal, 128 pages
Photo courtoisie
Feu le soleil
Suzanne Jacob
Éditions du Boréal, 128 pages

Précaire et éternelle

L’écriture aiguise sa vision des choses et change ses relations avec les gens, dit-elle. Ce qui la touche le plus ?

« C’est le miracle de ne pas devenir fou. On est tous fous. On est toujours au bord, c’est comme si tout le monde sentait ce risque de perdre la tête. » De perdre le soleil.

« Dans cette précarité, on réussit à rire, à chanter, à pleurer, à espérer. C’est incroyable. Et on a surtout l’illusion que c’est pour toujours. »

Chaque seconde est éternelle. « C’est celle-là qui est intense. Si précaire soit-elle, on a l’impression que c’est solide. C’est cet instant qui est incroyable, parce qu’il est insaisissable entre tous. Et c’est ça que mes nouvelles disent : où est le passé, où est le futur ? »

Suzanne Jacob a plusieurs projets en chantier, en ce moment.

« C’est vraiment intense ! » assure-t-elle. Entre autres, le roman Fugueuse paraîtra en livre de poche, et au cours de l’année qui vient, un nouveau roman paraîtra également.


►Suzanne Jacob est née à Amos, en Abitibi.

►Elle est reconnue comme romancière, dramaturge, essayiste et poète.