/sports/hockey/canadien
Navigation

«On a craqué» –Claude Julien

«On a craqué» –Claude Julien
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

TAMPA | Le Canadien a livré une bataille honnête au Lightning pendant 40 minutes. Puis, le château de cartes s’est écroulé dans les 20 suivantes.

Nul besoin d’épiloguer en profondeur après la défaite. En peu de mots, Claude Julien a parfaitement résumé ce qui venait de se produire face à la meilleure équipe du circuit.

« En troisième période, on a craqué », a-t-il constaté. C’était 0-0 et on avait joué deux bonnes périodes avec de bonnes chances de marquer et un but qui a été refusé. »

L’entraîneur-chef considérait que deux bouchées se sont avérées particulièrement indigestes, à commencer par la punition imposée à Phillip Danault et qui a ouvert la voie au premier but du Lightning.

L’autre morceau qui lui est passé de travers dans la gorge ? Le revirement coûteux de Jonathan Drouin, qu’il ne s’est pas gêné pour pointer du doigt.

« La punition, je l’ai trouvée un peu faible dans ce genre de match où le pointage est à 0-0. Ce n’était pas grand-chose et ça nous a coûté un but.

« Sur le deuxième but, c’est Jonathan qui ne patine pas et qui force des jeux comme ça. Il a fait la même chose à Nashville. Ce sont des choses qu’il doit corriger. Ça a coûté un deuxième but », a-t-il pesté.

Même à un stade avancé de la saison, les hommes de Claude Julien semblent avoir encore beaucoup à apprendre avant d’espérer faire belle figure à l’examen final, foi de l’enseignant en chef.

« Comme j’ai dit aux gars, quand c’est serré en troisième période, il faut apprendre à jouer ce genre de match là, à prendre de meilleures décisions avec la rondelle, etc. Mais on a craqué... Que ce soit de l’apprentissage ou peu importe, on n’a pas fait le travail », a maugréé Julien.

Gourde fier des siens

Dans le vestiaire adverse, Yanni Gourde avait le sourire facile après un autre but sur un lancer des ligues majeures.

« On joue du gros hockey et c’était juste la suite de ce qu’on a prouvé dernièrement. On a vécu une séquence durant la saison où on a accordé beaucoup de buts et il a fallu resserrer le jeu. On accorde moins de chances et c’est la clé dernièrement », a dit celui qui a eu maille à partir avec Max Domi durant le match jusque dans le banc des pénalités.

« C’est ça l’émotion du hockey. Je suis devant le filet et ça arrive. On ne s’en veut pas, c’est ça le hockey », a-t-il débité.