/opinion/columnists
Navigation

40 ans de prison, c’est notre sentence à tous!

40 ans de prison, c’est notre sentence à tous!
Photos d’archives, Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Les réactions de certains porte-parole de la communauté musulmane à la peine prononcée par le juge François Huot, le 8 février dernier, dans le procès d’Alexandre Bissonnette, ont choqué.

La peine capitale assortie de 40 ans de prison sans possibilité de libération conditionnelle, pour un jeune de 29 ans, était trop clémente à leurs yeux. Une « consternation ».

Il faut dire que depuis l’attentat qui a laissé dans le deuil six veuves et 17 orphelins, les enchères n’ont cessé de monter quant au châtiment à infliger à l’auteur du crime.

Le prix du sang

Des mots d’ordre martelaient, sans cesse, que 150 ans de prison était le minimum requis comme prix du sang. Une logique mathématique simpliste qui s’est imposée comme une évidence.

Les familles ravagées par la tragédie y ont cru. On comprend donc leur profonde indignation face au verdict du tribunal. Leur deuil n’en sera hélas que prolongé puisque les représentants de la mosquée ont décidé de porter le jugement en appel.

Il faut croire que pour ceux qui ne peuvent être assouvis que par la loi du talion, le simple fait de penser que l’accusé puisse avoir un semblant d’humanité est en soi un sacrilège.

Pourtant, le juge Huot a trouvé les mots pour dire la douleur des uns et la compassion des autres. « La peine se voudra exemplaire de manière à décourager ceux qui, partageant votre vision sectaire, ambitionneraient de suivre vos traces », dira-t-il à l’accusé.

Tout en le condamnant à une « traversée du désert », il lui a laissé tout de même une lueur d’espoir pour « regagner cette part d’humanité et de dignité que vous avez laissée derrière vous, ce dimanche 29 janvier 2017 ».

Place à l’espoir

Je me suis demandé comment j’aurais réagi si c’était moi qui avais perdu un être cher sous les balles d’Alexandre Bissonnette.

Comme les familles endeuillées, j’aurais été dévastée. J’aurais été révoltée par sa haine viscérale à l’égard de paisibles citoyens et scandalisée à l’idée que le bilan aurait été plus lourd s’il s’était attaqué à un centre d’achats, comme il envisageait de le faire.

Mais à la lumière de ce que j’ai appris de son histoire personnelle et des souffrances qu’il a endurées depuis son jeune âge, si Alexandre Bissonnette est un monstre, c’est un monstre que nous avons créé.

Comment expliquer que de plus en plus de jeunes passent de la famille à l’école, traversent le primaire, le secondaire, le collégial et certains, l’université, sans que personne ne détecte leur rage et leur désarroi ?

Pour plusieurs, l’intimidation à l’école est devenue leur chemin de croix, dans une institution censée les instruire et en faire des citoyens responsables.

Où sont les parents, les directeurs d’école, les enseignants, les travailleurs sociaux, les orienteurs professionnels, les médecins, les infirmières, les amis et les proches ?

Quelle sorte de société sommes-nous en train de léguer à nos enfants et aux jeunes garçons en particulier ?

Des garçons hyper carencés affectivement, enfermés dans leur rage, proies faciles à toutes les dérives des forums haineux du web.

Je me surprends tout de même à espérer. Et si Alexandre Bissonnette parvenait un jour à se reconstruire et à retrouver sa liberté, il pourrait être un témoin percutant pour la lutte contre la haine et pour le rapprochement des cultures.

Je le vois dire aux jeunes dans les écoles « Non à haine, oui au dialogue ». En attendant, les 40 ans de prison dont il a écopé, c’est notre sentence à tous.