/news/currentevents
Navigation

Des troubles du comportement connus

L’ado accusé du meurtre de sa mère sera évalué

Des troubles du comportement connus
Photo Agence QMI, Guy Martel

Coup d'oeil sur cet article

Accusé du meurtre non prémédité de sa mère, un adolescent de dix-sept ans devra subi r une évaluation pour déterminer son aptitude à comparaître en raison d’un trouble du spectre de l’autisme.

L’air perdu, le jeune homme cherchait des yeux les membres de la famille présents en Chambre de la jeunesse pour sa comparution lundi.

Dès le départ, le procureur de la Couronne a signifié l’intention de demander que l’adolescent soit assujetti à une peine applicable aux adultes, s’il devait être éventuellement déclaré coupable.

La peine maximale pour un mineur coupable de meurtre non prémédité est de 7 ans de mise sous garde.

La peine pour adulte est la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 7 ans.

Diagnostic

Avant toute chose, l’avocat de la défense a demandé une évaluation de l’état de son client. L’adolescent demeurera dans un centre jeunesse jusqu’à son retour devant le tribunal le 25 février.

Selon des informations du Journal, le jeune habitait dans une résidence du CRDI, le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Chaudière-Appalaches.

Contrairement à un centre jeunesse, qui est soumis à la loi, dans un CRDI un adolescent peut sortir sans contrainte, notamment pour visiter sa famille.

Des proches « déchirés »

Les proches de l’adolescent « sont déchirés, pris entre l’arbre et l’écorce », a affirmé le procureur de la Couronne.

« Ils étaient là pour soutenir l’accusé, mais également pour être présents, puisque c’est évidemment un être cher qui est décédé », a expliqué Me Hugo Breton.

Samedi soir, les services d’urgence ont reçu plusieurs appels pour une femme de 49 ans victime d’une agression dans un immeuble de Limoilou.

Sur les lieux, les policiers ont retrouvé la victime avec des blessures provoquées par une arme blanche. L’adolescent de 17 ans, le fils de la victime, a été arrêté ce soir-là dans un appartement.

Il s’agit du troisième meurtre à survenir à Québec depuis le début de l’année, tous des drames intrafamiliaux. Le criminologue Jean-Claude Bernheim indique que, bien souvent, ceux-ci surviennent dans un contexte socio-économique difficile.

« Dans toutes les familles, riches ou pauvres, il y a des conflits. Où se situe le problème, c’est la façon de résoudre les conflits », explique le criminologue.

« Plus les gens sont instruits, moins il y a de violence », ajoute-t-il.

-Avec Jean-François Racine

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.