/news/currentevents
Navigation

Le témoignage d’un mort admis en preuve contre Dubé

Normand Dubé, Accusé
Photo Martin Alarie Normand Dubé, Accusé

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-« pilote des stars » Normand Dubé a échoué lundi dans sa tentative de faire déclarer inadmissible un témoignage qui pourrait s’avérer compromettant dans son procès pour avoir fait incendier les maisons de fonctionnaires.

Il s’agit du témoignage de Steve Garrett, qui s’est enlevé la vie à 32 ans, le 12 février 2018, jour même où s’entamait le premier procès de Dubé.

Ce dernier a été reconnu coupable en septembre d’avoir saboté les lignes à haute tension d’Hydro-Québec, en 2014.

Sa peine de sept ans de prison a depuis été portée en appel.

Depuis la semaine dernière, l’homme de 57 ans fait face à une vingtaine d’accusations, notamment pour avoir harcelé et menacé des fonctionnaires avec qui il était en conflit, en plus d’avoir ordonné des attentats contre leurs résidences.

L’avocat de Dubé, Maxime Chevalier, avance que le témoignage de M. Garrett sur les liens de son client avec un des incendies criminels est le seul élément de preuve de la poursuite.

« La preuve repose sur le témoignage d’un mort », a lancé M. Dubé, sur un ton ironique, à sa sortie de la salle d’audience, lundi matin. Selon lui, la discussion que la poursuite veut produire en preuve n’a jamais eu lieu.

Peu fiable

Même si le juge Gilles Garneau a admis le témoignage, il aura le privilège d’en apprécier la crédibilité.

« Il faut rappeler que le juge Paul Chevalier avait soulevé des doutes sur le témoignage, lors du procès d’Hydro-Québec », a fait valoir Me Chevalier.

Le tribunal avait estimé « difficile à considérer fiable » le témoignage de M. Garrett. Celui-ci était réticent à répondre aux questions, et souvent, l’enquêteur lui soufflait les réponses.

Me Chevalier considère aussi le témoignage inéquitable, étant donné qu’il ne peut lui-même contre-interroger l’individu. À l’époque, la procédure avait toutefois été effectuée. M. Garrett avait été contre-interrogé.

Le procureur de la Couronne, Steve Baribeau, a préféré ne pas commenter l’admissibilité du témoignage.

Le procès se poursuivra mercredi, au palais de justice de Saint-Jérôme. Il devrait prendre fin d’ici la fin de la semaine.