/entertainment/tv
Navigation

«Le monstre»: la série aussi bouleversante que le livre

«Le monstre»: la série aussi bouleversante que le livre
Photo Courtoisie, RADIO-CANADA/PIXCOM

Coup d'oeil sur cet article

Le livre «Le monstre», d’Ingrid Falaise, était déjà poignant et émotivement chargé. La série qui en est inspirée, dure dès les premières images, n’est pas moins bouleversante. Le récit en six épisodes qu’offrira Tou.tv Extra à compter de jeudi ébranle et fait réfléchir.

À la première lecture du «Monstre» – ce touchant compte-rendu de l’épisode de violence amoureuse vécu par Ingrid Falaise au tournant de l’âge adulte, paru aux Éditions Libre Expression en 2015 et écoulé à plus de 75 000 exemplaires –, les producteurs Charles Lafortune et Mario Clément, de la boîte Pixcom, ont tout de suite vu le potentiel de bâtir une série qui aurait une résonnance sociale et pourrait faire œuvre de sensibilisation.

«Le monstre»: la série aussi bouleversante que le livre
Photo Courtoisie, RADIO-CANADA/PIXCOM

Une mission que porte Ingrid Falaise depuis trois ans et demi, son livre sous le bras, notamment à travers des conférences.

Celle-ci tenait à ce que Chantal Cadieux, avec qui elle avait collaboré dans le film «Elles étaient cinq» et dans «Mémoires vives», écrive le versant télévisé du «Monstre». Alors en plein développement d’«Une autre histoire» et à court de temps, la créatrice a néanmoins accepté de scénariser la série, que réalise Patrice Sauvé («Victor Lessard»). Le tournage a eu lieu cet automne.

Rose-Marie Perreault y personnifie Sophie (alias Ingrid Falaise) et l’acteur européen Mehdi Meskar interprète M, son bourreau. Jean-François Pichette et Macha Limonchik sont ici les parents de Sophie, et Marie-Thérèse Fortin, la psychologue qui la guidera vers la lumière.

«Le monstre»: la série aussi bouleversante que le livre
Photo Courtoisie, RADIO-CANADA/PIXCOM

Mode d’emploi

Dans l’émission comme dans le bouquin, l’immonde personnage de l’amoureux, ce «Monstre», est appelé M et vient d’Afrique, mais ses origines exactes et ses croyances ne sont pas précisées. Car, tel qu’Ingrid Falaise l’a souvent répété, la violence en amour n’a «pas de nom, pas de sexe, pas de couleur, pas de pays, pas de religion».

«Qu’ils soient Chinois, Russes, Japonais, qu’ils aient 14 ans ou 50 ans, ils fonctionnent tous de la même façon. On dirait qu’ils s’appellent pour partager leur mode d’emploi», a observé Ingrid Falaise, en entrevue avec les journalistes, mardi matin.

Et, comme dans les pages de l’ouvrage, la spirale de manipulation installée par M, la montée graduelle de son emprise sur sa proie, l’escalade de violence physique et psychologique subie par Sophie, le malaise et la honte de cette dernière, sont habilement démontrés, du premier regard échangé («Il est parfait. C’est le bon. C’est l’homme de ma vie», s’extasie Sophie) jusqu’à l’assaut final, qui tuera presque la jeune femme.

La structure du récit revient dans le passé, puis dans le présent, pour illustrer les séquelles et conséquences des événements sur Sophie.

Les six épisodes du «Monstre» couvrent la tranche de vie racontée dans le premier tome du «Monstre», ainsi qu’une portion du deuxième volet, «Le monstre – la suite», publié en 2017. Ingrid Falaise assure la narration en voix hors champ, comme si elle parlait d’elle-même à la troisième personne.

«Le monstre»: la série aussi bouleversante que le livre
Photo Courtoisie, RADIO-CANADA/PIXCOM

Ange et démon

Il aura fallu tout le printemps dernier au réalisateur Patrice Sauvé pour trouver l’actrice qui donnerait vie à la vulnérabilité et la douleur de Sophie. Dans la peau de cette jeune femme peu à peu brisée, Rose-Marie Perreault, qui arbore de surcroît une certaine ressemblance physique avec Ingrid Falaise, est brillante.

Quant à Mehdi Meskar, qui incarne M, l’équipe de production du «Monstre» ne cache pas qu’il a été difficile à trouver. Patrice Sauvé a tenu des auditions et rencontré 82 acteurs à Québec, en Ontario et à Paris pour dénicher l’idéal bellâtre, capable d’incarner autant le charme que l’agressivité. C’est finalement dans la Ville Lumière que le cinéaste a déniché le comédien européen, qui n’avait jamais travaillé chez nous.

«Le monstre»: la série aussi bouleversante que le livre
Photo Courtoisie, RADIO-CANADA/PIXCOM

Ingrid Falaise a admis avoir été remuée en voyant pour la première fois le minois de Mehdi Meskar, qu’elle dit avoir «reconnu» en raison de ses ressemblances physiques avec le véritable M.

«Il avait autant le côté ange que le côté démon», a-t-elle précisé.

Les six épisodes de la série «Le monstre» seront disponibles intégralement sur Tou.tv Extra à compter de jeudi, le 21 février. Aux Éditions Libre Expression, on a mentionné que les nouvelles impressions du «Monstre» porteront un bandeau indiquant que le livre – lequel est également en vente en Suisse, en Belgique et en Pologne, où il a été traduit – est à l’origine de la série.

Ingrid Falaise travaille présentement à l’écriture d’un troisième livre, une fiction cette fois.