/opinion/columnists
Navigation

Maternelle 4 ans: bien oui!​

Coup d'oeil sur cet article

La mobilisation s’organise contre la mise en place des maternelles 4 ans, un projet qui a tout pour plaire.

Déployer, dans toutes les régions, une accessibilité gratuite (sauf le service de garde) et une préparation équitable pour tous les enfants pour favoriser leur entrée à l’école.

Bref, un projet idéal, si le Québec n’avait pas déjà un réseau étendu qui fait justement le travail.​

Un réseau pour tous !​

Comprenez moi bien, les maternelles 4 ans mises en place par le PQ avaient été pensées pour répondre à un besoin de mise à niveau chez les enfants ne fréquentant pas le système éducatif à la petite enfance.

Ces enfants, que les parents pour toutes sortes de raisons gardent à la maison, qui auraient besoin d’être stimulés davantage. ​

Le problème, c’est que depuis leur mise en place, seuls 19 % des enfants qui vont à la maternelle 4 ans ne fréquentaient pas un autre service éducatif.

Bref, ce projet échoue à sa fonction première, soit de rejoindre les enfants qui en auraient le plus besoin, et nous cherchons maintenant à étendre ce projet à tous. Pas besoin de vous dire que le système générera encore plus d’iniquités, c’est mathématique.​

Travailler à contresens​

Au-delà du manque de préparation des enseignantes, des ratios 1:20 qui sont trop élevés et du manque de personnel spécialisé, les maternelles 4 ans vont également à contre-courant des mesures que le ministre Carmant cherche à mettre en place pour favoriser la prévention chez les tout-petits. Car, 4 ans, c’est déjà trop tard pour rattraper tout le retard avant l’entrée à l’école.

Il aurait fallu les voir à 2 ou 3 ans. C’est pourquoi, mettre des efforts sur l’évaluation de la qualité du réseau actuel et son amélioration est un bien meilleur investissement quand l’objectif est la santé et le développement de ce que le Québec a de plus précieux : nos enfants.