/news/politics
Navigation

Deux instances de QS contre l’interdiction des signes religieux

Les «inclusifs» et les tenants de la laïcité s’affrontent au sein du parti

Periode des questions
Photo Agence QMI, Joêl Lemay Le député de QS, Vincent Marissal, lors de la période des questions hier.

Coup d'oeil sur cet article

Deux importantes instances de Québec solidaire prennent position contre l’interdiction des signes religieux pour les personnes en position d’autorité, alors que le parti va revoir sa position en mars.

La commission politique et la commission nationale des femmes rejettent en effet le compromis Bouchard-Taylor, qui proposait l’interdiction des signes religieux. Il s’agissait de la position traditionnelle de QS.

« Je suis très très très contente, car deux grosses instances de Québec solidaire ont voté comme moi », se réjouit en entrevue avec Le Journal Lucie Mayer, ancienne candidate et membre de la commission politique du parti de gauche.

« Danger clair et imminent » ?

Deux camps s’affrontent au sein de Québec solidaire : les « inclusifs » et les tenants de la laïcité. Lors du Conseil national de mars, les militants devront trancher et vont revoir la position de QS, qui défend présentement l’interdiction des signes religieux pour les juges, les gardiens de prison et les policiers.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Les inclusifs ont remporté la première manche puisque ces deux instances auront droit de vote et ont une influence, selon Mme Mayer.

« Il est où le danger clair et imminent qui permet de suspendre les droits d’une personne ou d’un groupe de personnes ? Charles Taylor est revenu sur sa position. Ça fait 10,11 ans que le rapport est sorti. C’est un bon exercice très sain de vérifier qu’on a encore les mêmes positions, les mêmes avis », a-t-elle souligné.

Mal à l’aise

Au sein même de la députation de QS, les avis sont nombreux sur cette question déchirante.

En janvier, Vincent Marissal s’est dit mal à l’aise avec l’idée d’interdire l’accès à certains emplois pour les employés de l’État qui portent un signe religieux.

Même chose pour la députée de Sherbrooke Christine Labrie, qui a dit en décembre qu’elle « ne serait pas à l’aise qu’on fasse perdre leur emploi à des gens ».

D’autres, comme Sol Zanetti et Émilise Lessard-Therrien, se sont dits favorables au compromis Bouchard-Taylor.