/sports/fighting
Navigation

La retraite pour Georges St-Pierre

L’ancien champion de l’UFC en fera l’annonce officielle jeudi matin à l’occasion d’une conférence de presse

La retraite pour Georges St-Pierre
Sébastien St-Jean / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après une illustre carrière au sein de l’UFC, Georges St-Pierre annoncera jeudi matin qu’il prend sa retraite des arts martiaux mixtes. 

On a eu la puce à l’oreille mercredi matin lorsque l’UFC a annoncé la tenue d’une conférence de presse spéciale au Centre Bell. Puis, RDS a obtenu la première confirmation de la nouvelle avant de voir TVA Sports faire de même quelques minutes plus tard. 

Ce dénouement n’est pas une surprise. Depuis plusieurs mois, St-Pierre (26-2, 8 K.-O.) jonglait avec cette option à moins qu’il n’obtienne un combat contre Khabib Nurmagomedov chez les 155 lb. Cependant, l’UFC a refusé la demande du combattant québécois. 

  • ÉCOUTEZ la chronique de JiC Lajoie à ce sujet à l'émission Dutrizac de 6 à 9 sur QUB radio :

Ultime demande 

Dans les minutes après l’annonce de la possible retraite de l’ancien champion, Nurmagomedov a publié un message en demandant à St-Pierre de retarder sa retraite pour l’affronter. 

«Faisons-le en novembre, a-t-il écrit. Après ce combat, tu pourras te retirer. J’ai grandi en regardant tes combats et je te respecte au plus haut point. Par contre, ça serait un honneur pour moi de combattre dans l’octogone avec l’un des plus grands combattants de tous les temps. Je te laisse le choix entre un combat à 155 ou 160 lb. 

«Montréal, New York, Moscou ou Abu Dhabi. Dis-moi où tu voudrais le faire.» 

Est-ce que cette missive sera suffisante pour faire plier Dana White et les bonzes de l’UFC? 

Ça serait très surprenant. 

Georges St-Pierre a marqué la scène sportive internationale au cours des 12 dernières années. La statue du combattant est d’ailleurs exposée au musée Grévin de Montréal depuis juillet 2014.
Photo d’archives
Georges St-Pierre a marqué la scène sportive internationale au cours des 12 dernières années. La statue du combattant est d’ailleurs exposée au musée Grévin de Montréal depuis juillet 2014.

Dernier combat contre Bisping 

St-Pierre n’a pas été très actif au cours des cinq dernières années. Après sa victoire à l’arraché contre Johny Hendricks en 2013, St-Pierre a pris une longue pause loin de l’octogone. 

Pendant sa période d’inactivité, le Québécois s’est attaqué aux problèmes de dopage qui sévissaient dans les vestiaires de l’UFC depuis plusieurs années. 

Par la suite, il avait lancé un syndicat avec d’autres combattants pour obtenir de meilleures conditions de travail, autant dans l’octogone qu’à l’extérieur. 

Ces deux initiatives ont dérangé les dirigeants de l’UFC et on l’a senti à maintes reprises dans leurs propos à l’endroit de l’ancien champion. 

Par la suite, St-Pierre a indiqué qu’il ne reviendrait pas à moins d’avoir un défi intéressant. L’UFC lui a finalement offert un combat de championnat contre Michael Bisping chez les poids moyens (185 lb) en novembre 2017. 

Devant un adversaire plus imposant que lui, « GSP » l’a emporté avec un étranglement arrière pour devenir l’un des rares combattants à remporter un titre dans deux catégories. 

Un mois plus tard, en raison de problèmes de santé, il a dû abandonner sa nouvelle couronne. 

Il a eu besoin de plusieurs mois pour recouvrer la santé. 

Compte bien garni 

St-Pierre a récolté plusieurs millions de dollars en bourses, en bonis, en revenus de télévision à la carte et en commanditaires durant sa carrière. 

C’est pour cette raison qu’il a été en mesure de tenir tête aux dirigeants de l’UFC au cours des dernières années. Il était prêt à combattre, mais pas à n’importe quelle condition. Une attitude qui l’honore. 

On verra s’il sera tenté par un retour dans l’octogone si le téléphone sonne à nouveau. Ce n’est pas l’appel de l’argent qui le ferait revenir, mais celui de la passion.