/news/politics
Navigation

L’affaire SNC-Lavalin fait chuter les libéraux

Les conservateurs d’Andrew Scheer prennent l’avance

L’affaire SNC-Lavalin  fait chuter les libéraux
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | L’affaire SNC-Lavalin fait mal aux libéraux de Justin Trudeau, qui se retrouvent derrière les conservateurs d’Andrew Scheer pour une première fois en plus de trois ans, selon la maison de sondage Léger Marketing.

Le coup de sonde indique que le Parti conservateur du Canada récolte maintenant 36 % des intentions de vote, par rapport à 34 % pour le Parti libéral. Suivent le NPD (12 %), le Parti vert (8 %), le Bloc québécois (5 %) et le Parti populaire de Maxime Bernier (4 %). Au Québec, le Bloc confirme sa remontée, récoltant environ 20 % des appuis.

Constat d’échec

Le conservateur Alain Rayes voit dans les résultats de son parti le « signe » que « la population est de plus en plus consciente que ça ne fonctionne pas avec le gouvernement Trudeau ».

Réalisé pour le compte de la Presse canadienne, le sondage s’est intéressé à la façon dont les Canadiens perçoivent l’affaire SNC-Lavalin.

Le constat est dur pour le premier ministre, alors que 41 % des répondants sont d’avis que ce dernier a quelque chose à se reprocher.

Signe que cette affaire est devenue un véritable boulet pour les libéraux, la réputation du chef en prend aussi un sérieux coup. Environ 26 % des répondants estiment que Justin Trudeau ferait le meilleur premier ministre, une chute de 7 % par rapport à novembre.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Enquête rejetée

Justin Trudeau demeure toutefois en tête à ce chapitre, le conservateur Andrew Scheer obtenant 21 % des appuis, contre 8 % pour la leader du Parti vert Elizabeth May, et 6 % pour le chef néo-démocrate Jagmeet Singh. Maxime Bernier arrive bon dernier avec 4 % des appuis.

L’affaire SNC-Lavalin s’est transformée en un véritable roman-savon.

Encore mercredi, les libéraux fédéraux ont utilisé leur majorité aux Communes pour bloquer la tenue d’une enquête publique indépendante réclamée en cœur par les partis d’opposition afin de faire la lumière sur l’affaire SNC-Lavalin. La motion du NPD a été battue 160 à 134. Deux libéraux ont même brisé les rangs pour joindre leurs voix aux députés des oppositions.

Les députés libéraux jugent inutile une enquête publique indépendante. Selon eux, l’enquête du commissaire à l’éthique et celle du comité de la justice sont les meilleurs véhicules pour élucider cette affaire, qui n’en finit plus d’embêter le gouvernement Trudeau.