/news/education
Navigation

L'école Marguerite-De Lajemmerais devient mixte

Coup d'oeil sur cet article

La dernière école de la Commission scolaire de Montréal à accueillir uniquement des filles deviendra mixte à compter de la prochaine rentrée, pour accueillir davantage d’élèves au moment où il manque de place dans le réseau montréalais. 

C’est ce qui a été décidé lors du Conseil des commissaires de la CSDM mercredi soir. Il sera demandé au ministère de l’Éducation de lever le statut particulier de l’école secondaire Marguerite-De Lajemmerais pour qu’elle devienne une école ordinaire. 

Cet établissement était le dernier de la plus grande commission scolaire au Québec à accueillir des élèves d’un seul sexe.   

Mais cette situation devenait intenable puisque l’établissement accueillait de moins en moins d’élèves. Cette année, par exemple, moins de 50 % des places disponibles étaient occupées, pour un total de 667 élèves inscrites. 

De nombreux programmes d’études, dont l’option «danse» (enseignée depuis 25 ans à cette école), ont d’ailleurs été fermés ces dernières années en raison d'un manque d’effectifs. 

De moins en moins populaire 

Les causes de cette baisse de popularité restent floues, selon ce qu’a mentionné une représentante des parents, Nathalie Dubois, devant les commissaires. 

«Les écoles réservées uniquement aux filles deviennent moins intéressantes pour les élèves du secondaire», estime-t-elle, ajoutant, entre autres, que «plusieurs croient que c’est un établissement privé et, donc, ne le considèrent pas». 

Pendant ce temps, deux autres établissements d’enseignement secondaire situés non loin, les écoles Édouard-Montpetit et Louis-Riel, enregistrent respectivement des taux d’occupation de 87 et 92 %. 

Des classes d’accueil en francisation mixtes ont d’ailleurs été mises en place à l’école Marguerite-De Lajemmerais cette année, parce qu'on manquait d’espace ailleurs. L’établissement inclut donc 3 % de clientèle masculine. Une décision qui n’a pas changé grand-chose pour les filles de l’école, selon une autre mère d’élève, Mélanie Milette.   

«Pour [ma fille] ça ne change rien. C’est une école de qualité. Il faut s’assurer de la remplir», a-t-elle dit. 

Les parents d’accord 

Un sondage effectué le même mois auprès des parents d’élèves de 6e année inscrits à l’école Marguerite-De Lajemmerais et des parents d’élèves de l’école de la 1re à la 4e secondaire révèle que 55 % d’entre eux sont en faveur de l’arrivée des garçons. 

Dans une lettre, des élèves de l’école disent être une majorité à penser «qu’il est temps d’insérer des garçons» dans l'établissement. 

La fin des écoles non mixtes est une tendance lourde au Québec. Du côté des établissements privés, il existe encore quelques établissements pour filles seulement dans les régions de l’Estrie et de Montréal, indique la Fédération des établissements d’enseignement privés.