/entertainment/tv
Navigation

Mélanie Maynard a longtemps souffert de crises de panique: «Je n’arrivais plus à respirer»

Mélanie Maynard a longtemps souffert de crises de panique: «Je n’arrivais plus à respirer»
MARTIN ALARIE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Semaine s’est entretenu avec la comédienne et animatrice Mélanie Maynard au sujet d’un aspect de sa vie souvent méconnu du public: ses crises de panique répétées. 

En effet, Mélanie Maynard a longtemps souffert de ce trouble anxieux qui, heureusement, est désormais réglé. Sa première crise est apparue lors d’une période mouvementée de sa vie et s’est répétée plus tard, à plusieurs moments de sa carrière. 

«Ça s’est produit à la suite des grands bouleversements que j’avais vécus: divorcer, quitter la maison, virer ma vie et celle de mes enfants à l’envers. J’ai longtemps tenu le coup et j’ai été très solide dans cette crise. Mais lorsque les choses ont repris leur cours normal, il m’arrivait de vivre des chutes de pression avant d’entrer en ondes. Je me sentais étourdie, j’avais besoin de m’asseoir: j’avais l’impression que je n’allais pas être en mesure de mener mon entrevue», explique l’animatrice de l’émission Le Club Mel sur les ondes de Canal Vie, à Michèle Lemieux du magazine La Semaine

Une thérapie qui a fait ses effets

Comme les symptômes de ses crises de panique se manifestaient d’un point de vue physique (étourdissement, mal de ventre, difficulté à respirer), mais étaient liés à sa psyché, il était impossible pour les docteurs de dire à Mélanie Maynard ce qui clochait. Elle apparaissait en pleine santé. 

«C’est gênant. C’est même humiliant. On avait beau me dire que c’était dans ma tête, les symptômes physiques étaient pourtant réels. Je n’arrivais plus à respirer. Finalement, j’ai pensé que ça pouvait être des crises de panique. À cette période, un de mes amis m’a parlé d’une technique qui l’avait beaucoup aidé: la thérapie de l’intégration par les mouvements oculaires.»

Bien que le parcours n’a pas été facile, les crises de panique de Mélanie Maynard sont maîtrisées, même si elle n’est jamais à l’abri de son anxiété. Elle préfère donc désormais faire face aux problèmes, plutôt que de les ignorer, afin d’éviter d’amplifier son anxiété.

«Quand on est connecté sur le cœur, la tête va. On a fini par comprendre que ce qu’on tait ou ce qu’on cache fait des ravages».

*Pour lire tous les détails de l'entrevue de Mélanie Maynard, lisez le magazine La Semaine en kiosque ce jeudi*