/news/cannabis
Navigation

Couche-Tard doit se tourner vers l’Ontario pour vendre du cannabis

Le géant du dépanneur québécois s’associe avec le producteur Canopy Growth

Couche-Tard et Canopy Growth ouvriront une première boutique à London, en Ontario sous la bannière Canopy’s Tweed.
Photo courtoisie Couche-Tard et Canopy Growth ouvriront une première boutique à London, en Ontario sous la bannière Canopy’s Tweed.

Coup d'oeil sur cet article

Étant dans l’impossibilité de vendre du cannabis au Québec, le géant du dépanneur québécois Couche-Tard développera un concept de boutiques spécialisées en Ontario.

Vendredi, Couche-Tard a annoncé un partenariat avec le producteur ontarien Canopy Growth. Les deux entreprises ouvriront ensemble une première boutique à London, en Ontario, sous la bannière Canopy’s Tweed.

Cette première boutique en sol ontarien offrira des produits sous forme de gélules, d’huile et de fleurs séchées, ainsi que des accessoires.

La bannière Tweed de Canopy Growth détient déjà des points de vente en Saskatchewan, au Manitoba et à Terre-Neuve.

Dès le 1er avril, 25 boutiques privées de cannabis pourront ouvrir leurs portes en Ontario. Ce nombre sera appelé à augmenter rapidement au cours des prochains mois.

Contrairement au Québec où la vente au détail du cannabis est contrôlée par une société d’État, le gouvernement de Doug Ford a décidé de laisser cette activité commerciale au secteur privé.

La Société ontarienne du cannabis, qui vend en ligne, assure également la distribution des produits en Ontario.

« Ravie »

« Alimentation Couche-Tard est ravie à l’idée de jouer un rôle de chef de file dans le développement d’une expertise en matière de vente au détail de cannabis dans cet important marché canadien », a indiqué le PDG de Couche-Tard, Brian Hannasch.

Couche-Tard estime que la Société ontarienne du cannabis et les détaillants privés seront en mesure de coexister dans un cadre étroitement réglementé.

Le cofondateur de Couche-Tard, Alain Bouchard, comptait pourtant sur le Québec pour développer une vitrine mondiale pour son réseau de dépanneurs, présent dans plus de 25 pays.

« Si on développe cette expertise au Québec, on va créer des emplois ici à notre siège social. Notre réseau du Québec va devenir une référence pour d’autres marchés au Canada et dans le monde », avait-il indiqué au Journal dans une entrevue en décembre 2017.

Le géant québécois du dépanneur avait d’ailleurs embauché une firme de lobbyiste pour faire des représentations auprès du gouvernement du Québec.

Acteur « très crédible »

Selon Alain Bouchard, Alimentation Couche-Tard (et son réseau des 584 dépanneurs au Québec) était le joueur du commerce au détail le mieux positionné au Québec pour vendre du cannabis dans ses établissements.

« Ce serait une grande erreur de nous écarter. On veut être entendu par le gouvernement. Couche-Tard possède une expérience de longue date dans la vente de tabac et d’alcool. Nous sommes des gens très crédibles et nous faisons l’objet de nombreux contrôles rigoureux chaque année. On est très surveillé », avait-il laissé entendre.

L’offre de Couche-Tard n’a jamais été considérée par l’ancien gouvernement libéral.

Couche-Tard dans le monde

  • Nombre de points de vente : plus de 15 000
  • Nombre d’employés : plus de 130 000
  • Nombre de clients par jour : 9 millions
  • Chiffre d’affaires annuel : 66 milliards $
Écoutez Le bon plant une série balado sur le cannabis qui sort des sentiers battus, au-delà des idées préconçues.