/misc
Navigation

Legault avait promis de l’adhésion...

Legault avait promis de l’adhésion...
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

La pagaille à l’Assemblée nationale, trois semaines après le début de la session, ce n’est certes pas uniquement la faute du gouvernement. 

Les libéraux ont leur part de responsabilité. D’abord sonnés d’avoir perdu le pouvoir, ils se sont, ces derniers temps, tranquillement déprogrammés de leurs anciennes habitudes de communication, marquées par l’extrême prudence des gouvernants. 

Depuis, ils redécouvrent l’aspect défoulant du travail d’opposition : questionner, soupçonner, fustiger, accuser, pourfendre, etc. 

Trop 

Parfois, ils vont trop loin, et de l’avis même de plusieurs au sein des troupes libérales. 

Comme ce point de presse — le plus rigolo de la semaine — où l’ex-ministre de la Condition féminine Hélène David a, de manière chevaleresque, pris la défense du gaillard Enrico Ciccone, ancien joueur de hockey et député de Marquette, contre la ministre déléguée aux Sports, Isabelle Charest. 

Cette dernière, à la période de questions, s’était — encore une fois — montrée malhabile, soutenant de manière ambiguë que l’ancien joueur de hockey n’était «pas habitué à se faire dire non» ; pour ensuite exprimer son «empathie» à l’égard des séquelles de commotions cérébrales subies par l’ex-hockeyeur. 

Cherchant à monter en épingle le faux pas, Mme David a convoqué les médias, a crié au sexisme, voire à la misandrie. Mais questionnée, elle a semblé à court d’arguments : «Je ne le sais pas. Moi, je trouve que dit de même, là, ce n’est pas bien, bien le fun.» La vacuité non plus n’est pas très l’fun... 

Trop pressé 

Attention : le gouvernement Legault a évidemment une grande responsabilité dans les rififis actuels. 

Il est manifestement trop pressé. Il cherche à bousculer le parlement. À la consultation parlementaire sur le cannabis, mais aussi celle sur l’immigration, les membres du gouvernement, Lionel Carmant et Simon Jolin-Barrette entre autres, manquent d’égards pour les participants qui critiquent leur projet de loi. 

On comprend le calcul de l’équipe Legault. Elle veut se débarrasser en début de mandat de ses promesses les plus épineuses (immigration, signes religieux, pot à 21 ans, maternelles 4 ans, etc.). 

L’échéancier des élections fédérales, aussi, pousse à une action précipitée. Après le scrutin du 21 octobre, quel sera le rapport de force de Québec face au gouvernement central? 

Contre-exemple de Charest 

Jean Charest
Photo d'archives, Chantal Poirier
Jean Charest

On a parfois l’impression que François Legault, en clamant, parce qu’il a fait élire 75 députés, qu’il se fera «têtu» sur certains enjeux, pourrait être en train de rééditer l’erreur de Jean Charest de 2003. 

«On a reçu un mandat très clair, très solide, de la population pour faire un certain nombre de changements», martelait le chef libéral lors des premières manifestations contre ses engagements. 

Or, dès février 2004, voyant sa chute dans les sondages, M. Charest avait totalement changé de discours et se proclamait alors «un apôtre de la consultation publique». 

Malentendu démocratique 

François Legault avait pourtant présenté son conseil des ministres, le 18 octobre, en s’engageant à la souplesse : «On pourrait être tentés de gouverner comme bon nous semble, mais, au contraire, je vous demande de gouverner en obtenant l’adhésion du plus grand nombre. [...] Il ne suffit pas de décréter.» 

À la décharge du premier ministre, il y a de nos jours une sorte de malentendu démocratique. 

L’équipe qui accède au pouvoir croit avoir obtenu un mandat pour remplir ses promesses... alors que, souvent, elle doit d’abord et avant tout son élection à une minorité et au «dégagisme», à cette volonté de changer l’équipe au pouvoir. 

D’un autre côté, il faut l’admettre, on est de plus en plus sévères avec les politiciens quant à la réalisation des promesses. Des universitaires calculent même en temps réel le pourcentage de ces promesses réalisées (voyez notamment le Polimètre Legault à l’Université Laval). 

Susciter l’adhésion, dans un tel contexte, tout en tentant d’appliquer l’ensemble d’un programme, devient une tâche infinie, un défi quasi impossible à relever. 

La citation de la semaine 

«Je pense qu’il n’est pas habitué à se faire dire non.» – Isabelle Charest, ministre déléguée à l’Éducation, à l’endroit du député libéral de Marquette, Enrico Ciccone 

Le carnet de la semaine 

Amphigouri alcoolisé 

Qu’est-ce qu’un «amphigouri»? «Un écrit ou discours burlesque rempli de galimatias.» Une récente déclaration de François Tremblay, député caquiste de Dubuc, se qualifie manifestement : «Au cours des cinq dernières années, 40 distilleries artisanales auront pris racine et aspirent à implanter aux yeux de l’histoire collective notre patrimoine alcoolisé sur les bases d’un modèle circulaire». La trouvaille est de Lionel Meney, linguiste et chroniqueur à Qub. 

Revanche de Ouellette 

Guy Ouellette, député de Chomedey, a été arrêté en octobre 2017 par l’UPAC de Robert Lafrenière, mais ne fut jamais accusé. Cette semaine, le nouveau patron de l’Unité était de passage à la Commission des institutions. Ancien libéral maintenant indépendant, M. Ouellette a semblé annoncer un match revanche : «Je réserverai toutes mes questions de gouvernance. J’en fais déjà l’annonce à Madame la Ministre [de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault] à l’étude des crédits, on parlera de la gouvernance à l’UPAC». 

Le gardien Koskinen 

Martin Koskinen, chef de cabinet du premier ministre Legault, s’est excusé cette semaine à ses amis Facebook d’être «très peu» sur les réseaux depuis le 1er octobre ; absences qu’il estime au demeurant «bénéfiques». Il explique se «démener» à apprivoiser son «nouveau boulot», qu’il compare subtilement, notamment grâce à une photo, à celui de gardien de but! «Je remercie chaleureusement les Oilers pour cette [occasion]. Mikko Koskinen et moi, même combat.»