/opinion/columnists
Navigation

Le PLQ aveugle de rage

Pierre Arcand
Photo Agence QMI, Simon Clark Pierre Arcand

Coup d'oeil sur cet article

Tous les observateurs politiques le reconnaissent : les libéraux québécois ne décolèrent pas d’avoir perdu le pouvoir. Ils vivent leur défaite à la fois comme une humiliation, une injustice et une errance graves de l’électorat francophone, qui les a laissés tomber.

Car les libéraux, on le constate, refusent de pratiquer une introspection sans laquelle ils vont continuer de s’enfoncer dans des explications qui risquent d’accabler davantage la majorité francophone, qu’ils ne tiennent pas en haute estime, c’est le moins qu’on puisse dire.

Les libéraux d’aujourd’hui ressemblent bien peu à ceux qui ont aidé à construire le Québec depuis la Révolution tranquille. Les libéraux d’alors étaient constitués d’intellectuels progressistes et de politiciens formés par un système d’éducation humaniste, certes élitiste, qu’ils ont eux-mêmes démantelé avec la démocratisation de l’enseignement dans les années soixante.

Ils ont créé le Québec inc., mis l’Église au pas grâce à la laïcité des institutions et avant tout en s’inscrivant dans le nationalisme historique du Québec moderne. Ils étaient fédéralistes sans renier leur nationalisme. « Le Canada est mon pays et le Québec est ma patrie », proclamait alors Solange Chaput-Rolland, journaliste et féministe colorée, qui a été pendant quelques années députée libérale provinciale.

Libéraux nationalistes

Le PLQ dirigé par Robert Bourassa est demeuré nationaliste. Au moment de l’échec de l’accord du lac Meech, Robert Bourassa a même semblé vaciller vers l’option souverainiste. Son successeur Jean Charest, transfuge du Parti progressiste-conservateur, combattant acharné de la souveraineté, n’a pas renié pour autant le nationalisme. Il n’a jamais dédaigné la majorité francophone comme le fera son successeur Philippe Couillard.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Les libéraux d’aujourd’hui, ceux-là mêmes qui pratiquent l’arrogance, sont suffisants et cassants, et ne donnent guère à penser qu’ils ont de la considération pour la majorité francophone. Ils semblent se croire les dépositaires à vie du pouvoir au Québec. Ce pouvoir dont les électeurs francophones les ont dépossédés.

Les débats parlementaires à Québec sont tributaires de leur rage. Tous les observateurs font cas de leurs comportements dans l’enceinte de l’Assemblée nationale. Ils se moquent du protocole, parlent à contretemps et lancent des invectives aux députés et ministres de la CAQ dont l’inexpérience évidente les empêche souvent de réagir.

Opposition officielle

Or le PLQ en tant qu’opposition officielle à l’Assemblée nationale a un rôle essentiel et irremplaçable, celui d’obliger les membres du gouvernement à rendre des comptes de leur politique. Hélas, les élus libéraux ne sont pas à la hauteur de leur rôle. Ils sont incapables de contenir leur colère et aussi leur mépris affiché à l’égard de leurs collègues adversaires.

Les députés libéraux s’adressent surtout à leur électorat captif et s’ils persistent ainsi, ils risquent de compromettre leur avenir à moyen terme et celui de leur parti à long terme.

Tant que le PLQ choisira d’être un calque du PLC, qu’il s’obstinera à souscrire sans critique et sans nuance au multiculturalisme canadien triomphant d’un océan à l’autre grâce à l’activiste en chef, Justin Trudeau, le parti continuera de s’aliéner la majorité des Québécois.

Où donc se cache le sauveur d’un PLQ, qui pourrait raisonnablement retrouver sa voie ?