/world/usa
Navigation

L’ex-avocat de Trump «suspecte» une collusion entre son équipe de campagne et la Russie

L’ex-avocat de Trump «suspecte» une collusion entre son équipe de campagne et la Russie
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-avocat personnel de Donald Trump, Michael Cohen, a dit mercredi lors d’une audition publique devant le Congrès américain qu’il n’avait pas de preuves d’une éventuelle collusion entre l’équipe de campagne du candidat républicain et la Russie en 2016, mais qu’il en suspectait l’existence.

• À lire aussi: Quand Trump se félicitait d’avoir évité le Vietnam

• À lire aussi: Michael Cohen, le confident devenu le plus redouté des témoins

« On s’est demandé si j’avais connaissance de preuves directes démontrant que M. Trump, ou son équipe de campagne avait comploté avec la Russie. Je n’en ai pas. Je veux être clair. Mais j’ai des soupçons », a déclaré M. Cohen.

L’ex-avocat de Donald Trump a aussi affirmé que les discussions sur un important projet immobilier à Moscou de la société de Donald Trump s’étaient prolongées courant 2016. Le magnat des affaires a au contraire maintes fois affirmé que ni lui ni ses collaborateurs n’étaient liés à des intérêts russes ni en discussions avec des Russes pendant sa campagne électorale.

« Soyons clairs: M. Trump était au courant et a dirigé les négociations Trump à Moscou tout au long de la campagne et a menti à ce sujet. Il a menti parce qu’il n’aurait jamais pensé gagner l’élection », a déclaré M. Cohen.

« Il a aussi menti à ce propos parce qu’il pensait gagner des centaines de millions de dollars grâce au projet immobilier de Moscou ».

« Aujourd’hui, je suis ici pour dire la vérité sur M. Trump. J’ai menti au Congrès (lors d’une précédente audition, ndlr) au sujet de quand M. Trump a arrêté de négocier le projet de tour à Moscou en Russie. J’ai dit que nous avions arrêté de négocier en janvier 2016. C’était faux. Nos négociations se sont poursuivies des mois plus tard pendant la campagne », a-t-il soutenu.

« M. Trump ne m’a pas dit directement de mentir au Congrès. Ce n’est pas comme ça qu’il fonctionne », a-t-il ajouté.

« Lors de conversations que nous avons eues durant la campagne, alors même que je négociais activement en Russie pour lui, il me regardait dans les yeux et me disait qu’il n’y avait aucun projet en Russie puis sortait et mentait aux Américains en répétant la même chose ». « À sa façon, il me disait de mentir », a encore dit M. Cohen.