/sports/hockey
Navigation

Racisme au hockey: Legault appelle les partisans à s’en mêler

François Legault
Photo Simon Clark François Legault

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le premier ministre François Legault appelle les partisans et les ligues à ne pas tolérer que des propos racistes soient tenus sur les plateaux sportifs, notamment au hockey. 

«Ça n’a pas de bon sens, en 2019, qu’il y ait des personnes, dans les estrades, qui lancent des insultes à un joueur de hockey parce qu’il est noir, a-t-il indiqué, lors d’une mêlée de presse, mercredi. J’en appelle aux ligues de hockey, j’en appelle aux autres spectateurs: on a le droit de dire à quelqu’un qui tient des propos comme ça que ça n’a pas de bon sens.» 

Le défenseur des Marquis de Jonquière Jonathan-Ismael Diaby a été victime d’insultes racistes de la part d’un spectateur lors d’un affrontement contre les Pétroliers du Nord, samedi soir à Saint-Jérôme, dans un match de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). Plusieurs membres de sa famille qui assistaient à la partie ont également fait l’objet d’insultes parce qu’ils sont noirs. 

Gardiens de sécurité 

De plus, lorsqu’un gardien de sécurité est présent sur les lieux, M. Legault s’attend «à ce que le match soit arrêté et qu’on sorte ces personnes-là de l’aréna», a-t-il ajouté. 

Or, selon ce que M. Diaby a confié à TVA Sports, les gardiens de sécurité présents à Saint-Jérôme auraient plutôt recommandé au joueur d’aller donner une correction au partisan qui l’avait insulté. 

Accusations criminelles? 

L’ex-joueur de la Ligue nationale de hockey et député libéral de Marquette, Enrico Ciccone, a qualifié de «dégoûtants, disgracieux et inacceptables» les gestes et paroles racistes de certains partisans. 

«Ce qui m’a le plus dégoûté, c’est l’inaction des gens qui étaient là. Je pense que c’est notre responsabilité, en tant que citoyen, d’être capable de se lever, de se tenir droit», a-t-il cependant indiqué. 

Il croit que des accusations criminelles devraient être déposées contre «ceux qui ont créé ce mouvement de haine là». Il est cependant resté flou sur la nature de ces éventuelles accusations. 

De plus, le député libéral croit que les organisations sportives devraient axer leurs actions davantage vers la coercition. 

«On fait des guides sur comment se comporter dans les arénas, mais ça ne fonctionne pas. Ça fait 50 ans que ça ne fonctionne pas. À un moment donné, il faut être coercitif», a-t-il dit. 

Enrico Ciccone a notamment évoqué la possibilité d’imposer des amendes aux organisations dont les partisans manquent de civilité, ou encore d’obliger la tenue de match à huis clos, soit sans spectateurs.

Racisme dans la LNAH: le Canadien réagit

L’organisation du Canadien de Montréal a réagi au cas du hockeyeur Jonathan-Ismael Diaby, mercredi, dénonçant vivement les commentaires et les gestes racistes commis à l’égard d’autrui.

Défenseur des Marquis de Jonquière, dans la Ligue nord-américaine de hockey, Diaby a reçu des insultes racistes de la part d’un spectateur à Saint-Jérôme, samedi, tout comme les membres de sa famille présents sur place.

«Le Canadien de Montréal condamne tout comportement visant un joueur, un entraîneur, un officiel ou un partisan en raison de sa race, de sa religion ou de son orientation sexuelle, et ordonne l'expulsion immédiate de toute personne qui commet de tels actes dans notre aréna», a écrit l’équipe sur son compte Twitter.

Aux yeux du Bleu-Blanc-Rouge, il importe que tous soient considérés de façon égale, sans discrimination et avec respect. Le milieu sportif, dont celui du hockey, doit prendre ses responsabilités en ce sens.

«Tous les programmes de hockey doivent offrir un environnement sécuritaire, positif et inclusif pour les joueurs et les familles, peu importe la couleur de la peau, la religion, le genre et l’orientation sexuelle», a ajouté l’équipe.

«Le hockey doit être une expérience agréable pour la famille; tous les intervenants – organisations, joueurs, parents, frères, sœurs, entraîneurs, arbitres, bénévoles et préposés à la patinoire – ont un rôle à jouer dans l’atteinte de cet objectif», a-t-elle enchaîné.