/news/currentevents
Navigation

Un tueur à gages refuse de devenir délateur et de vider son sac

Frédérick Silva, accusé
Photo d’archives Frédérick Silva, accusé

Coup d'oeil sur cet article

Les chances que le présumé tueur à gages Frédérick Silva devienne délateur et dénonce ses employeurs à la police de Montréal seraient présentement « nulles ». 

C’est ce qu’a déclaré au Journal son avocate, Danièle Roy, en confirmant mercredi que le redoutable accusé est maintenant détenu à la prison de Rivière-des-Prairies et qu’il n’a « jamais été question » qu’il envisage de vider son sac.

L’homme de 38 ans a d’abord été détenu et interrogé au quartier général des enquêteurs des crimes majeurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) après son arrestation dans le Vieux-Montréal, survenue dans la nuit de samedi.

Selon nos informations, le SPVM espérait que Silva se mette à table, étant soupçonné d’avoir exécuté une douzaine de contrats de meurtre pour le compte de la mafia italienne et d’autres factions du crime organisé, au Québec et en Ontario.

S’il avait accepté, sa garde se serait poursuivie dans un quartier cellulaire du SPVM plutôt qu’en prison, pour des motifs de sécurité.

Le SPVM, qui pourrait éventuellement revenir à la charge, n’a pas voulu commenter l’affaire.

Absent en cour

Silva brillait mercredi par son absence au palais de justice de Montréal où sa cause revenait en cour. Aucune nouvelle accusation n’a été portée contre celui qui fut l’un des 10 criminels les plus recherchés du Québec pendant un an et demi.

La suite des procédures judiciaires a été reportée au 13 mars. D’ici là, l’enquête du SPVM se poursuit afin d’amasser assez de preuves pouvant mener au dépôt d’accusations supplémentaires.

Frédérick Silva est présentement accusé des meurtres d’Alessandro Vinci, abattu le 11 octobre dernier chez le concessionnaire d’autos usagées où il travaillait, et de Daniel Armando Somoza Gildea, tué a l’extérieur du bar de danseuses Les Amazones, à Montréal, le 24 mai 2017.

Il est également inculpé de tentative de meurtre aux dépens du mafioso Salvatore Scoppa, à Terrebonne, le 21 février 2017, et d’avoir été illégalement en possession d’un revolver Smith & Wesson, la nuit de son arrestation.

On reproche aussi à son présumé complice Giovanni Presta Jr de lui avoir fourni des armes et des silencieux, en plus d’avoir joué un rôle dans le meurtre de l’ex-motard Sébastien Beauchamps, que Silva est soupçonné d’avoir liquidé dans l’arrondissement de Saint-Léonard, le 20 décembre dernier.


En 2009, les aveux du délateur Gérald Gallant, un ex-tueur à gages à la solde des Rock Machine et du gang de l’Ouest, ont permis à la Sûreté du Québec d’appréhender ses 11 employeurs et complices, en plus d’élucider 28 meurtres.