/sports/opinion/columnists
Navigation

Une cabane de pêche mobile

Coup d'oeil sur cet article

Si vous êtes à la recherche d’un outil pour pêcher l’hiver dans le plus grand confort, permettant de se déplacer d’un site de pêche à l’autre sans trop d’effort, le SnoBear peut représenter une option intéressante.

Lors du dernier Salon de la motoneige de Québec, j’ai découvert cette espèce de véhicule un peu bizarre, qui ressemblait étrangement aux anciennes autoneiges de Bombardier. En m’approchant, je me suis rendu compte que ce véhicule était conçu pour la pêche blanche, un engin qui sort de l’ordinaire.

Le SnoBear possède les capacités pour se déplacer dans toutes les conditions de neige, vous garantissant ainsi un accès à votre site de pêche sécuritaire et très confortable.
Photo Julien Cabana
Le SnoBear possède les capacités pour se déplacer dans toutes les conditions de neige, vous garantissant ainsi un accès à votre site de pêche sécuritaire et très confortable.

C’est véritablement une cabane à pêche des temps modernes, explique Jérôme Cloutier de Cloutier Saint-Raymond. Il est conçu pour répondre aux besoins de quatre pêcheurs qui sont installés très confortablement, avec toutes les conditions nécessaires pour vivre de belles aventures de pêche blanche. »

Vous retrouvez deux banquettes qui sont de chaque côté du véhicule, avec devant elles quatre trous qui vous permettent de pêcher directement du véhicule.

Placé au centre à l’avant, le conducteur peut manœuvrer facilement l’engin tout en gardant une vue quasi panoramique via les immenses fenêtres. Toute la coque du véhicule est en fibre de verre.

Il flotte !

Le véhicule mesure 16,8 pieds de long et 80 pouces de largeur. Il est équipé d’un moteur quatre cylindres Hyundai et d’une transmission CVT.

Il se déplace sur des chenilles Camso et les patins à l’avant sont recouverts de téflon.

À l’intérieur, pour assurer le confort, les pêcheurs peuvent compter sur un chauffage au propane. Il y a une porte d’accès à l’arrière du véhicule et une de sécurité sur le toit.

Malgré son poids de près de 3000 livres, ce véhicule peut flotter s’il se produisait un problème avec la glace, autant sur un lac que dans les eaux d’une rivière.

« Le système de suspension permet de rabaisser le véhicule de 12 pouces, l’approchant ainsi de la surface glacée, ajoute Jérôme Cloutier. Il suffit ensuite d’enlever les couvercles dans le plancher et d’utiliser une tarière à essence pour creuser les trous de pêche. Il ne reste plus qu’à pêcher. »

Les performances

Le véhicule est impressionnant par son allure et sa conception. À l’intérieur, tout a été placé de façon à véritablement permettre de s’adonner très confortablement à la pêche.

Une fois le moteur mis en marche, le véhicule se déplace très bien sur un fond durci et aussi dans la neige molle.

Il peut sauter des bancs de neige de trois à quatre pieds facilement pour vous donner accès à votre site de pêche.

Comme il se déplace sur des chenilles, le seul élément qu’il faut bien surveiller, c’est la présence de frasil sur la surface des lacs. Il demeure l’ennemi numéro un des véhicules à chenilles.

Il est sans contredit le véhicule qui dicte les nouvelles normes dans le domaine. Inventé par un Canadien, il est fabriqué dans le nord des États-Unis.

Au Québec, Jérôme Cloutier, de Saint-Raymond, possède la seule franchise. Vous pouvez le joindre au 418 337-8000. Cet expert saura bien vous conseiller sur ce nouveau véhicule qui connaît une croissance importante partout où il y a de la pêche blanche en Amérique du Nord.

 

Le salon des trappeurs

La 42e édition du Salon provincial du trappeur et de la fourrure sauvage se déroulera du 1er au 3 mars au Centre de congrès et d’expositions de Lévis. Plus de 50 exposants du domaine de la trappe seront sur place pour vous faire découvrir ce monde très spécial et les richesses que renferme la forêt québécoise. Plus de 20 conférences sur le piégeage, des ateliers techniques et des démonstrations de préparation de fourrures se feront en continu dans différentes salles. Le Salon débutera le vendredi à 13 h pour se terminer le dimanche à 16 h. Un seul coût d’entrée : 15 $ pour toute la fin de semaine. Pour en savoir plus : www.ftgq.qc.ca ou salondutrappeur@gmail.com.

 

L’accès aux plans d’eau

Le gouvernement Legault a décidé de revenir à la charge avec le programme Accès aux plans d’eau pour la pêche récréative, qui était déjà en place. On veut améliorer l’accès aux plans d’eau à des coûts raisonnables pour tous les pêcheurs québécois. Les municipalités touchées sur l’ensemble du territoire québécois ont jusqu’au 31 mars prochain pour soumettre leurs projets qui permettraient d’améliorer, par exemple, la capacité de leurs installations pour l’accès ou encore pour le nettoyage des embarcations. Ce débat dure depuis de nombreuses années alors que plusieurs municipalités demandent des coûts trop élevés pour permettre la mise à l’eau d’embarcations. En établissant des règles précises, le gouvernement veut faire cesser les abus.