/sports/hockey/canadien
Navigation

Lehkonen doit s’armer de patience

L’attaquant n’a pas touché la cible au cours des 26 derniers matchs du CH

Artturi Lehkonen a été relégué au sein du quatrième trio lors de quatre des cinq dernières rencontres du Tricolore.
Photo d’archives, AFP Artturi Lehkonen a été relégué au sein du quatrième trio lors de quatre des cinq dernières rencontres du Tricolore.

Coup d'oeil sur cet article

NEWARK | « Il finira par marquer », a lancé Joel Armia. « Je sens qu’il débloquera bientôt puisqu’il travaille toujours aussi fort », a renchéri Andrew Shaw.

Non, on ne parlait pas de Victor Mete, qui est toujours à la recherche d’un premier but après 102 matchs dans la LNH. L’homme au cœur de la conversation après un entraînement du Canadien au Prudential Center, le domicile des Devils du New Jersey, était Artturi Lehkonen.

Zéro en 26. Voici la statistique qui hante l’attaquant du Canadien. Le Finlandais n’a pas marqué depuis le 28 décembre contre les Panthers en Floride, soit une léthargie de 26 rencontres.

« Évidemment, ce n’est pas facile, a dit Lehkonen. J’aimerais marquer, mais je n’y arrive pas. Je dois arrêter de penser à ce qui s’est déroulé dans le passé. Je ne peux rien y changer. »

Dans le revers de 2 à 1 contre les Devils, lundi à Newark, Lehkonen a obtenu deux occasions de freiner sa série noire. Dès les premières secondes du match, il s’est échappé devant Cory Schneider. Le gardien des Devils a bloqué son tir sans trop de difficulté avec la mitaine. Puis, en fin de première période, le numéro 62 a eu une autre chance de s’inscrire à la marque. Il a toutefois raté la cible avec un tir de l’enclave.

« Oui, je deviens nerveux, a-t-il admis. Je réalise que je serre trop mon bâton. Je dois continuer à jouer mon jeu. Je sais que je peux aider l’équipe de plusieurs façons, pas juste sur le plan offensif. Mais malgré tout, je souhaiterais marquer quelques buts. Je ne veux pas trop me stresser avec ma mauvaise séquence. Je dois vivre dans le présent. »

Ailier intelligent

Claude Julien a une fois de plus réitéré sa confiance envers Lehkonen même s’il l’a déplacé au sein du quatrième trio lors de quatre des cinq derniers matchs.

« Il apporte beaucoup dans un match de hockey, a souligné Julien. Il ne faut pas se fier uniquement à sa production. Il y a plusieurs joueurs au sein de notre formation avec moins de buts que lui. Il reste très fiable contre les gros trios de l’équipe adverse, il peut jouer en fin de match pour protéger une avance et il est aussi utile en infériorité numérique. »

Repos pour Price

À la veille du match contre les Rangers au Madison Square Garden, Carey Price a profité d’une journée de repos. Une décision logique de Julien. Le numéro 31 a participé aux 12 dernières rencontres des siens, obtenant 11 des 12 départs durant cette séquence.

Dans l’espoir de s’accrocher à une place en séries, le CH continuera à miser sur Price le plus souvent possible. D’ici la fin de l’année, il y aura trois séries de deux matchs en deux soirs. Le plan voulant qu’Antti Niemi obtienne un des deux départs dans de pareilles circonstances risque fort de ne plus exister.

Price n’a pas trop ressenti les effets d’un calendrier plus chargé. Depuis le 3 février, date du début de la série de 12 rencontres d’affilée, il présente un dossier de 6-5-1 avec une moyenne de 2,39 et un taux d’efficacité de ,923.

Folin encouragé

Acquis des Flyers de Philadelphie le 9 février en compagnie de Dale Weise, Christian Folin a patienté plusieurs jours avant d’endosser l’uniforme du CH pour la première fois. Il a fait ses débuts dans un gain facile de 8 à 1 contre les Red Wings, mardi à Detroit.

Utilisé à la droite de Brett Kulak, Folin a réussi sa rentrée avec une passe, un dossier de +3 et un temps de jeu de 17 min 30 s.

« J’étais heureux de mon premier match avec le Canadien, a dit le Suédois de 6 pi 3 po et 204 lb. J’ai réussi à jouer mon style sans me compliquer la vie. Je me suis bien senti dès le départ. Je connaissais déjà les gars même si je n’avais pas encore joué. J’avais eu plusieurs entraînements pour m’adapter au système de ma nouvelle équipe.

« Même si je ne jouais pas à mon arrivée, je restais calme puisque j’avais de bonnes conversations avec les entraîneurs. Tu ne désires jamais rester trop longtemps dans les gradins, mais je pouvais comprendre les choix de l’organisation. Je devais attendre de recevoir ma chance. »

Mike Reilly sautera encore son tour face aux Rangers pour permettre à Folin de jouer une deuxième rencontre.


► Incommodé par un virus, Paul Byron n’a pas participé à l’entraînement jeudi.