/news/politics
Navigation

Chambly: les opposants au maire agréablement surpris par une tutelle aussi rapide

Denis Lavoie
Photo d'archives, André Corbeij/Journal de Chambly/Agence QMI Denis Lavoie

Coup d'oeil sur cet article

Les opposants au maire de Chambly, Denis Lavoie, se réjouissent de voir l’Unité permanente anticorruption (UPAC) se pencher sur la gestion de la municipalité.

«On en est très content. C’est le temps qu’à la Ville, il y ait une plus grande transparence, et que les citoyens puissent se réapproprier leur espace démocratique», affirme en entrevue à LCN Julie Daigneault, présidente du Mouvement citoyen de Chambly (MCC).


Depuis des mois, cette organisation talonne le maire, sans avoir de réponses à ses questions.


L’arrivée des enquêteurs de l’UPAC à l’hôtel de ville ainsi qu’au garage municipal et dans des bureaux administratifs et la mise sous tutelle a eu l’effet d’une bombe dans le milieu municipal.


«Ça a été une grosse journée, on ne s’attendait pas à ça de façon aussi subite, reconnait Mme Daigneault. On savait que la Commission municipale menait une enquête, on s’attendait à ce qu’il y ait un rapport, des développements. Mais de là à voir arriver l’UPAC et la mise sous tutelle, ça a été très rapide.»


Le Mouvement dit avoir recensé depuis l’entrée en poste du maire l’envoi de 28 mises en demeure par M. Lavoie, dont à des membres du MCC, pour de multiples raisons.


Selon Mme Daigneault, la tutelle est nécessaire et permettra aux citoyens de retrouver confiance en leurs élus.


Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«C’est un message clair pour l’ensemble des élus du Québec», estime-t-elle.

Les yeux sont rivés sur nous actuellement, mais je pense que ça peut servir de modèle et d’exemple pour d’autres villes.»


Elle espère d’ailleurs que le maire, lui-même un ancien policier spécialisé dans la lutte à la corruption et au crime organisé, collaborera avec l’UPAC.