/sports/soccer/impact
Navigation

Impact: un système qui est efficace

Le jeu défensif est nettement meilleur que l’an passé

Photographié lors d’une séance d’entraînement au Centre Nutrilait, Evan Bush adhère au système mis en place par l’entraîneur Rémi Garde.
Photo Martin Chevalier Photographié lors d’une séance d’entraînement au Centre Nutrilait, Evan Bush adhère au système mis en place par l’entraîneur Rémi Garde.

Coup d'oeil sur cet article

SAN JOSE | On l’a souligné à plusieurs reprises, le travail défensif de l’Impact a été un des faits saillants du camp d’entraînement.

En cinq rencontres, le Bleu-blanc-noir n’a accordé qu’un but et a réalisé quatre jeux blancs.

Le fait qu’il y a eu peu de changement à l’effectif par rapport à la fin de la saison dernière y joue un rôle, mais c’est surtout le système mis en place par Rémi Garde qui est responsable de ce revirement de situation.

« Nous sommes bien meilleurs défensivement et nous abordons cette nouvelle saison en sachant exactement ce qu’on attend de nous individuellement », a souligné le gardien Evan Bush, jeudi.

Savoir quoi faire

L’observation de Bush n’est pas banale, parce que n’importe quel joueur, peu importe son talent, sera bien plus efficace quand il sait exactement quoi faire et quelles sont les attentes envers lui.

« Nous sommes meilleurs défensivement sur le plan collectif, mais nous sommes aussi plus efficaces pour conserver le ballon et nous restons plus compacts de haut en bas », souligne Bush.

La clé est là, le bloc défensif est très compact, de sorte qu’il n’y a pas de place au milieu. Les attaques adverses se préparent donc, pour l’essentiel, des couloirs.

« Jusqu’à maintenant, notre système fait en sorte que les occasions viennent d’endroits prévisibles et ça facilite de beaucoup le travail d’un gardien », fait remarquer Bush.

Moins occupé

Le vétéran de 32 ans ne se plaindra pas s’il voit moins de ballons cette année.

« Si je n’ai pas à faire 132 arrêts cette saison, je crois que tout le monde sera content », a-t-il laissé tomber en rigolant.

« Quand les choses sont prévisibles, ça fait plaisir à tout le monde. Si je peux faire 75 arrêts et obtenir 15 jeux blancs, ça serait parfait. »

Bush souligne que le volume de tirs fait surtout en sorte que les menaces deviennent difficiles à évaluer.

« Un gardien qui reçoit 20 tirs par match reste dans le coup, mais ça veut aussi dire qu’il y a des tirs qui viennent d’endroits qu’on n’attendait pas. »

Interchangeables

La plus grande qualité du système de Rémi Garde, c’est de faire en sorte qu’un rôle précis est associé à chaque position. Ainsi, même si ce n’est pas le joueur titulaire qui est en poste, le boulot se fait quand même. On ne se fie pas uniquement au talent.

« Tous les gars qui ont joué en défense ont connu un bon camp d’entraînement.

Nous avons une belle profondeur, alors que beaucoup de gens voyaient ça comme une préoccupation avant le début de la saison, fait remarquer Bush.

Nous avons besoin de moments où il y a des exploits individuels, où des joueurs brillent dans le système. »

« Cela dit, lors de notre dernier match préparatoire, nous avons perdu Saphir [Taïder] tôt dans le match et Harry [Novillo] dans l’échauffement, et nous avons été en mesure de les remplacer sans que ça paraisse, et c’est fantastique ! »

C’est maintenant aux jeunes de prouver qu’ils sont en mesure de passer à la seconde vitesse.

« C’est quand nous allons jouer des matchs qui comptent devant des milliers de spectateurs que nous allons voir si les jeunes sont en mesure de poursuivre.

« Ça sera le prochain test pour des jeunes comme Mathieu [Choinière], Clément [Bayiha] et Shamit [Shome] qui ont connu un bon camp », note Bush.