/sports/soccer/impact
Navigation

L’attaque en profite aussi, du système

Coup d'oeil sur cet article

SAN JOSE | Le système de jeu de l’Impact a non seulement des mérites sur le plan offensif, mais il a aussi une portée sur le plan offensif.

« Si on est compact derrière et qu’on fait un bon travail pour ne pas prendre de buts, nous allons avoir des situations, que ce soit moi, Maxi [Urruti] ou Harry [Novillo] », avance Ignacio Piatti.

L’Argentin aime particulièrement que Rémi Garde encourage ses joueurs offensifs à exercer une pression plus haute en territoire ennemi, ce qu’on voyait moins l’an passé

« J’aime ça, insiste Nacho. Les trois attaquants, nous sommes tous ensemble et ça ne laisse pas d’espace, ça nous permet de gagner le ballon plus haut et ça nous rapproche de la porte. »

Bonne acquisition

Quand l’Impact a acquis Maximiliano Urruti du FC Dallas, il y a eu plusieurs sceptiques, mais l’Argentin de 28 ans avait déjà des partisans dans sa nouvelle équipe.

Evan Bush est au nombre de ceux qui ont applaudi la décision de l’équipe d’aller chercher un avant-centre qui a plusieurs dimensions. « L’acquisition de Maxi est passée sous le radar de la MLS, partiellement parce que personne ne porte attention à Montréal », a insisté le gardien.

Selon lui, Urruti et son grand volume de jeu en font le partenaire idéal pour un joueur comme Piatti.

« Dans les deux ou trois dernières années, j’ai eu beaucoup de plaisir à le regarder jouer, et pas seulement pour son jeu offensif et sa capacité de marquer des buts.

J’aime la façon dont il est capable de se mettre au service des ailiers et des fabricants de jeu. Il est aussi capable de défendre et de déranger les arrières centraux. »

Dérangeant

Comme gardien, Bush a le meilleur siège possible pour évaluer le travail de son nouveau coéquipier.

De la façon dont il le décrit, on a affaire à un genre de Quincy Amarikwa, mais dans une version à la fois plus talentueuse et plus raffinée.

« Il est dérangeant, mais de façon subtile. Je serais curieux de savoir combien de fautes et de cartons il a provoqués chez l’adversaire juste parce que tu finis par être tanné de l’avoir dans le visage. »