/finance/business
Navigation

Pénurie de main-d'oeuvre: Olymel veut embaucher plus de travailleurs étrangers

Le plafond de 10% doit passer à 20% dans les usines, soutient le grand patron

Réjean Nadeau
Photo courtoisie Le PDG d’Olymel, Réjean Nadeau, lors de l’assemblée annuelle de la Coop fédérée, qui se tenait jeudi, dans la capitale nationale.

Coup d'oeil sur cet article

Olymel réclame que le nombre maximal de travailleurs étrangers dans ses usines au Québec passe de 10 à 20 %.

« On aimerait pouvoir compter sur davantage de travailleurs de l’étranger dans nos usines », a fait valoir jeudi le PDG d’Olymel, Réjean Nadeau, en marge de l’assemblée annuelle de la Coop fédérée à Québec.

Actuellement, des règles fédérales limitent à seulement 10 % le nombre maximal de travailleurs étrangers pouvant œuvrer dans une usine d’une entreprise située au Canada.

Par exemple, une usine d’Olymel de 400 personnes ne peut embaucher plus de 40 travailleurs étrangers.

Or, la direction d’Olymel croit que cette règle doit être révisée, en raison de lourds problèmes de pénurie de main-d’œuvre sévissant au Québec.

Selon M. Nadeau, le nombre de travailleurs étrangers dans la plupart des usines d’Olymel au Québec avoisine déjà les 10 %.

« Idéalement, pour nous, ça pourrait se faire par étape, mais on aimerait que ça monte à 15 % et à 20 % », a indiqué le grand patron d’Olymel.

Ce dernier dit être écouté attentivement des gouvernements, tant à Ottawa qu’à Québec.

Il faut dire qu’au cours des dernières années, Olymel a multiplé les initiatives pour aller courtiser des travailleurs à l’étranger.

À Vallée-Jonction, en Beauce, l’usine d’Olymel a recruté un grand nombre d’employés à l’île Maurice et à Madagascar afin de pourvoir de nombreux postes vacants.

Ces nouveaux employés d’Olymel obtiennent un statut de travailleurs étrangers temporaires d’une durée d’un an, qu’ils peuvent renouveler à une reprise.

Au terme des deux années, ils peuvent demander un statut de résident permanent, avec l’appui de l’usine Olymel.

Des revenus records

La Coop fédérée a par ailleurs annoncé des revenus records de 6,5 milliards de dollars en 2018, en hausse de 244 millions $ (+3,7 %).

Les excédents d’exploitation consolidés n’ont toutefois pas suivi la même ascension, chutant à 146,9 millions $, comparativement à 318,7 millions $ en 2017.

Si les ventes d’Olymel ont atteint 3,44 milliards $, en hausse de 11 millions $, les excédents ont été moins élevés, en raison des prix du porc plus faibles obtenus sur les marchés mondiaux en 2018.

La Coop fédérée en 2018

  • Ventes : 6,5 milliards $
  • Excédent avant ristournes et impôts : 210,7 M$
  • Actifs : 3,3 milliards $
  • Ristournes aux coopératives membres : 42,4 M$
  • Dividendes aux membres de la Filière porcine coopérative : 11,2 M$