/news/politics
Navigation

Dossiers d’immigration détruits: le gouvernement Legault refuse de s'excuser

Dossiers d’immigration détruits: le gouvernement Legault refuse de s'excuser
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC | Le ministre Simon Jolin-Barrette estime que la Protectrice du citoyen maîtrise mal le dossier de l’immigration et refuse de s’excuser aux candidats immigrants dont le dossier sera détruit.

«Il n’y a pas de lettres d’excuses qui [seront] envoyées», a tranché sans détour le ministre de l’Immigration, lors d’une mêlée de presse, jeudi.

«S’il y a des gens qui devraient envoyer des lettres d’excuses, c’est bien le Parti libéral du Québec, d’avoir laissé les gens attendre des années, de leur avoir menti, de leur avoir dit qu’ils allaient pouvoir venir au Québec», a-t-il ajouté.

Mercredi, la Protectrice du citoyen, Marie Rinfret, avait recommandé devant la commission parlementaire qui étudie le projet de loi sur l’immigration que soit envoyée aux candidats écartés une lettre pour exprimer «les regrets de l’administration de procéder à la suppression des dossiers».

Une recommandation qu’a balayée du revers de la main le ministre, en plus d’écorcher au passage la compétence de la Protectrice du citoyen dans le dossier.

«[La Protectrice du citoyen] a fait ses représentations et on note très bien dans [son] mémoire qu’elle fait des erreurs dans la compréhension du système d’immigration», a dit M. Jolin-Barrette, sans chercher à s’expliquer davantage.

Dossiers priorisés

Seule consolation pour la Protectrice du citoyen : le gouvernement a accepté de traiter en priorité les quelque 3700 dossiers qui ont été déposés à partir du Québec, tel qu’elle l’avait recommandé.

Cependant, ils seront analysés en fonction du système Arrima, qui met l’accent sur les besoins en main-d’œuvre, et non pas selon les règles qui avaient été établies lors du dépôt de la candidature.

«On va prendre les 3700 dossiers – pour ceux qui n’auront pas été traités d’ici l’adoption du projet de loi – on les invite en priorité dans le nouveau système Arrima, parce qu’ils sont sur le territoire québécois», a expliqué Simon-Jolin Barrette.

Quant aux 14 300 autres candidats qui verront leur dossier annulé, ils seront remboursés.

«Orgueil mal placé»

Pour la porte-parole du Parti libéral du Québec en matière d’Immigration, Dominique Anglade, le gouvernement Legault refuse de traiter l’ensemble des 18 000 dossiers uniquement par «orgueil mal placé».

La députée libérale Dominique Anglade
Photo Simon Clark
La députée libérale Dominique Anglade

«Ça coûterait moins cher de traiter les 18 000 dossiers que de les annuler et on expose l’ensemble du gouvernement à des poursuites judiciaires importantes. Un moment donné, je pense qu’il faut faire un pas de recule et prendre la seule décision qui s’impose», a-t-elle commenté, lors d’une mêlée de presse.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

«Sur ce dossier-là, visiblement, le gouvernement va frapper un mur», a-t-elle ajouté.

– Avec la collaboration de Patrick Bellerose