/opinion/columnists
Navigation

Perdu dans l’espace

GEN-
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’on n’est plus cru, on est cuit. Cette vieille maxime, Justin Trudeau aurait dû la méditer bien avant le témoignage-choc de son ex-ministre de la Justice et procureure générale, Jody Wilson-Raybould. En cumulant les déclarations changeantes depuis le début de l’« affaire » SNC-Lavalin, le premier ministre a plombé sa propre crédibilité.

Par ricochet, sa gestion erratique de la crise nourrit d’autant plus l’apparence de crédibilité du récit de Mme Wilson-Raybould. Hier, M. Trudeau tentait de faire diversion avec une « grosse annonce » sur l’avenir du Canada dans l’espace. C’est plutôt lui qui a l’air d’être perdu dans l’espace.

Pourtant, dans les mots mêmes de Mme Wilson-Raybould, les nombreuses tentatives de la convaincre de permettre une entente de réparation pour SNC-Lavalin n’avaient rien d’« illégal ». Ce n’est pas un détail. La seule infamie, selon elle, est qu’elle les trouvait « inappropriées » et « partisanes ».

M. Trudeau jure le contraire. Or, ce qui est « approprié » ou pas relève d’un jugement fort subjectif. Qu’à cela ne tienne, une part croissante du tribunal populaire et médiatique hors Québec tranche en faveur de Mme Wilson-Raybould.

Dénonciations

À l’opposé, Justin Trudeau passe pour un potentat de république de bananes tellement préoccupé par son propre siège qu’il en oublie l’indépendance du pouvoir judiciaire. La caricature est grossière, mais elle gagne du terrain.

Le premier ministre se montrant même incapable de répondre aux accusations musclées de son ex-ministre, ce n’est plus un os qu’il donne à gruger aux partis d’opposition. C’est une côte levée au complet !

Sur le fond des choses, qu’en est-il vraiment ? Jusqu’à nouvel ordre, nous sommes dans un régime parlementaire partisan. La procureure générale ou le procureur général siège même au cabinet. Ce faisant, son indépendance politique n’est pas entière.

Que, dans les discussions en jeu, des considérations partisanes se soient ajoutées à l’intérêt public de préserver des milliers d’emplois chez SNC-Lavalin n’a donc rien de scandaleux.

Mme Wilson-Raybould avait d’ailleurs le pouvoir discrétionnaire d’annuler la décision de la Direction des poursuites pénales (DPP) de ne pas offrir une entente de réparation à SNC-Lavalin. Ce qu’elle s’est refusée à faire.

Logique partisane

Ce qui nous amène à deux grosses pièces manquantes du tableau. Pourquoi la DPP a-t-elle rejeté toute entente de réparation ? Pourquoi Mme Wilson-Raybould s’est-elle rangée tout de suite dans le même sens et n’a-t-elle jamais reconsidéré le tout ?

Dans ce contexte, M. Trudeau ne pouvant pas imposer sa position à sa ministre, il a posé un geste risqué, mais dont il avait la prérogative. Il l’a remplacée par un ministre plus flexible dans le dossier SNC-Lavalin. Ce qui, la crise étant devenue ingérable, n’y change plus rien. Bref, le gâchis est total.

Le plus ironique est ceci. Justin Trudeau tentait bien maladroitement de trouver une « solution », autant sur le plan économique que partisan. Le chef conservateur Andrew Scheer et son homologue néo-démocrate Jagmeet Singh versent quant à eux dans une logique purement partisane.

Leur position est en effet plus claire que jamais : au diable les emplois. En année électorale, leur seul objectif est d’avoir la tête du premier ministre.