/opinion/columnists
Navigation

À la défense de Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Comme bien des Québécois, je suis avec perplexité la crise politique qui secoue actuellement Ottawa et qui fragilise le gouvernement, au point où certains en appellent à la démission de Justin Trudeau, ou du moins à la tenue d’élections anticipées.

 

Réalisme

Apparemment, pour certains, tout semble clair. Il y aurait d’un côté la vertu éthique, incarnée par Jody Wilson-Raybould, et de l’autre côté, un terrible manque de respect des institutions, incarné par Justin Trudeau.

Quelque chose m’échappe peut-être, mais dans cette histoire, Justin Trudeau me semble moins condamnable qu’il n’y paraît. Certes, le cabinet du premier ministre a pêché par amateurisme et il a fait preuve d’une maladresse déconcertante.

Mais ne confondons pas l’accessoire et l’essentiel. Sur le fond des choses, Justin Trudeau a voulu sauver SNC-Lavalin en trouvant un accord avec l’entreprise comme il y en a ailleurs dans le monde. C’est ce qu’on appelle faire de la politique en tenant compte du réel, qui n’est jamais aussi luisant qu’on le souhaiterait.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Mais derrière l’intégrisme éthique de Jody Wilson-Raybould et l’enthousiasme qu’il suscite au Canada anglais, on peut voir remonter à la surface la vieille tentation du Quebec bashing. Qu’il y ait un problème de gouvernance à SNC-Lavalin, tous en conviennent.

Il faut être absolument culotté pour croire qu’un tel problème est spécifiquement québécois. Mais le Canada anglais, qui nous aime tant, est convaincu au fond de lui-même de la corruption fondamentale des Québécois. Il faut les punir. Qu’importe alors le sort des milliers de familles touchées par la crise à SNC.

Québec

Je l’écris avec un puissant sentiment d’étrangeté, mais dans cette histoire, Justin Trudeau a défendu le Québec. Et je me dis que lorsqu’on est obligé, dans ce pays, de se fier à un tel personnage pour nous défendre, c’est bien la preuve qu’il nous faut le quitter au plus sacrant.