/lifestyle/columnists
Navigation

Devenue grande... elle restera toujours ma petite fille

Être un parent, c’est comme passer un examen final pendant 18 ans et attendre le reste de ta vie pour avoir ta note finale

Devenue grande... elle restera toujours ma petite fille
Illustration Nathalie Samson

Coup d'oeil sur cet article

Vendredi dernier, le 22 février, ma fille Livia est devenue une adulte en fêtant ses 18 ans. Ça aurait dû être le sujet de ma chronique la semaine dernière, mais en toute honnêteté, je voulais surtout voir comment j’allais me sentir une semaine plus tard. Quel coup de vieux ça allait me donner. Me voilà soulagé, car ma réponse est : aucun !

Je n’ai pas été envahi par le cliché : « Ça passe trop vite » ni par un raz-de-marée de nostalgie. En fait, cela aurait dû être le cas, car comme cadeau, je lui ai fait un album photo qui résume ses premiers 18 ans sur Terre en 200 images. Loin de vivre la tristesse de ne plus pouvoir tenir ma petite fille dans mes bras comme lorsqu’elle avait 4 ans, ce fut plutôt un carrousel d’émotions.

Évidemment, de mettre toutes ces photos en ordre chronologique m’a fait revivre bien des sentiments pour en venir au constat que la seule chose que l’on peut faire en tant que parent, c’est notre possible.

Chaque image me rappelait mes bons et mes mauvais coups, mes succès et les moments pour lesquels j’aimerais me reprendre, incluant certains, où vraiment, c’est pas la fierté qui était au rendez-vous. Comme j’ai déjà dit, être un parent, c’est comme passer un examen final pendant 18 ans et attendre le reste de ta vie pour avoir ta note finale.

Complicité

Le 22 février au matin, j’ai appelé Livia pour lui souhaiter bonne fête tout en lui disant : « Bon, et bien à partir de maintenant, je ne peux plus te dire quoi faire, mais de toute façon, ça fait longtemps que c’est comme ça ». On est parti à rire tous les deux. Ce moment résume bien notre relation en un mot : complicité. Ça, c’est ce dont je suis le plus fier d’avoir réussi en tant que papa.

Comme je lui ai dit : « Aujourd’hui, tu vieillis d’un an, et pourtant, c’est constamment moi qui grandis en ta présence ».

On m’a toujours dit que la vraie mission d’un parent, c’est de tout faire pour que tes enfants te dépassent. C’est pas mal ce qui est en train d’arriver et tout ce que j’ai à dire c’est : « Go Livia ! Prends le flambeau familial dans tes mains et cours le plus loin possible avec ».

Université de la vie

Pour ceux qui me suivent depuis longtemps, vous savez que je crois fortement à l’existence de l’âme, à la vie après la mort et à la réincarnation qui, justement, est comme cette Université de la Vie pour faire grandir cette âme. C’est pour ça que je crois aussi que l’on choisit nos parents avant de revenir sur Terre.

Tout ce long discours pour en arriver à ceci : « Ma chère Livia, je ne pourrais être plus reconnaissant que tu te sois arrêtée sur ta mère et moi pour te ramener sur Terre, pour continuer ton apprentissage. En même temps, par moment, je crois sincèrement que c’est le contraire ».

Ma fille est la définition même d’une vieille âme, et j’ai souvent l’impression que ce n’est pas moi qui lui montre le chemin à suivre, mais plutôt elle qui éclaire le mien.

Donc, non, il n’y a pas eu de coup de vieux lorsqu’elle a soufflé ses 18 chandelles, ni de cordon qui s’est coupé comme un bateau qui quitterait le port pour un long voyage.

Mais même si ça fait longtemps que je ne peux plus te dire quoi faire, même si souvent tu es plus mature que moi, j’espère quand même que tu m’écoutes encore de temps en temps...