/misc
Navigation

L’investissement responsable payant

Coup d'oeil sur cet article

Question : Puis-je faire une différence avec mes placements et investir de manière responsable dans le climat ?


Réponse : Absolument ! Mais il faut être vigilant, car tous les fonds « verts » ne le sont pas à 100 %.

Deux approches s’offrent à vous. Vous pouvez sélectionner des titres un à un et choisir des sociétés qui sont actives en environnement ou, à tout le moins, qui n’ont pas d’activités polluantes. Mais c’est compliqué et ça prend du temps.

L’autre approche est de choisir des fonds communs ou des FNB dits « verts » : vous bénéficiez ainsi d’une diversification sur le plan des actifs et de la géographie.

Populaires

Les fonds responsables représenteraient environ 5 % des actifs totaux des fonds communs au Canada. À la fin 2018, les FNB responsables affichaient des actifs de 410 M$ au Canada. C’est peu.

Les gens ont-ils peur d’obtenir des rendements moins intéressants qu’avec des fonds conventionnels ? Pourtant, les fonds responsables affichent, selon plusieurs études, un rendement supérieur à celui des principaux indices boursiers.

Le problème, c’est que si vous voulez investir dans des fonds responsables, qui sont censés tenir compte des préoccupations climatiques, vous risquez d’investir dans des sociétés pétrolières ! Parce que la bourse canadienne est avant tout une bourse de ressources naturelles : le pétrole et le gaz y prennent beaucoup de place. Or, l’approche des principaux fonds responsables en est une des petits pas : s’il est impossible d’exclure les secteurs polluants, les responsables de ces fonds exercent leur influence derrière les portes closes des directions ou lors des assemblées d’actionnaires.

Les fonds responsables appliquent souvent des filtres développés par des sociétés spécialisées, comme Jantzi. Mais même cette firme ne boude pas le secteur énergétique dans son célèbre Jantzi Social Index. Jusqu’à présent, aucun critère spécifique ne définit ce qu’est un placement favorable au climat au sein de l’industrie des fonds de placement.

Faites vos devoirs

Vous devrez donc sélectionner les fonds qui excluent réellement le pétrole de leur portefeuille. Avant de choisir un fonds (ou selon une recommandation de votre conseiller financier), visitez son site web. On y détaille généralement les principaux placements et la répartition du portefeuille par secteur pour chacun des fonds.

Vous pouvez aussi effectuer une recherche sur le site web morningstar.ca, où vous obtiendrez les mêmes renseignements sous l’onglet « portefeuille ».

Sachez que la majorité des grandes institutions financières n’offrent aucun fonds où sont exclues les énergies fossiles. Desjardins offre ses fonds SociéTerre, mais 6 de ses 13 fonds en contiennent. Les banques BMO, Nationale et Royale offrent chacun un seul fonds commun qui les boude ou qui mise sur des projets verts.

Méfiez-vous aussi des courtiers robots (comme WealthSimple) qui permettent de se constituer un assemblage de FNB responsables. Vous devrez quand même vérifier le portefeuille de chaque fonds sélectionné par la « machine »...

Enfin, Épargne Placements Québec offre des Obligations vertes à taux fixe, qui investissent dans des projets verts québécois (comme le REM). Mais on parle d’un rendement annuel assez ordinaire de 2,60 % sur cinq ans.


Question à notre investisseur

► Les informations publiées dans cette chronique ne  constituent pas des conseils ou des recommandations formulées par Le Journal. Toute personne intéressée doit consulter les conseillers ou professionnels autorisés pour ces fins par l’Autorité des marchés financiers.