/news/health
Navigation

Un ado transgenre peut démarrer son traitement hormonal, malgré l’opposition de son père

Coup d'oeil sur cet article

Un enfant transgenre de 14 ans peut consentir à ses traitements médicaux et peut ainsi débuter sans délai son traitement hormonal afin de transiter vers un corps d’homme, et cela malgré l’opposition de son père, a statué mercredi la Cour suprême de Colombie-Britannique.

Selon le «National Post», l’adolescent, identifié par les initiales «A.B.», a été au centre d’une bataille judiciaire compliqué qui a soulevé la question de l’autorité parentale et de l’autonomie des enfants.

D’après les dossiers de la Cour, ses parents sont séparés et ont la garde partagée. Alors que l’enfant et sa mère étaient prêts à démarrer les injections de testostérone, le père s’y est opposé, indiquant le besoin d’avoir plus de temps pour examiner les implications de la transition.

Mais dans les conclusions rendues par le juge Gregory Bowden indiquent qu’A.B. comprend les bénéfices et les risques encourus par le traitement et que repousser son début pourrait pousser A.B. à «se faire du mal», lui qui a déjà tenté de se suicider.

A.B. se réfère au genre masculin depuis qu’il a 11 ans, selon les dossiers de la cour. Ses enseignants et ses amis utilisent le genre masculin avec lui. Il est aussi suivi par un psychologue spécialiste de la dysphorie du genre chez l’enfant, qui le considère comme un «bon candidat» pour le traitement.

«L’ensemble des preuves concernant les besoins médicaux d’A.B. m’amène à conclure que son traitement hormonal ne peut être retardé davantage, a-t-il écrit. Bien que le père d’A.B. ne consent pas au traitement, je suis convaincu que le consentement d’A.B. est suffisant pour procéder au traitement.»

Le père a prévu de faire appel de la décision, a indiqué son avocat, Herb Dunton.

«Il est déçu. Il pense que son enfant ne peut pas comprendre les risques et les conséquences du traitement de transition et le mal qui vient avec pour l’enfant», a-t-il indiqué par écrit.

L’avocat de l’enfant et de la mère n’ont pas voulu commenté la décision.