/auto/reviews
Navigation

Du plaisir en petit format

0304 - AUTO - Chronique Jacques Bienvenue
Photo courtoisie, Mazda À l’instar du Mazda CX-5, le petit CX-3 se distingue par son comportement routier sain et la qualité de sa construction.

Coup d'oeil sur cet article

Les utilitaires sous-compacts gagnent en popularité. Leur succès s’explique naturellement par des prix attrayants, mais aussi une conception polyvalente qui les rend pratiques. Le Mazda CX-3 l’illustre bien.

Le CX-3 est la solution proposée par Mazda aux consommateurs qui recherchent un petit véhicule ludique doté des principaux attributs prisés d’un VUS – style, aire à bagages transformable, consommation raisonnable, etc. –, mais sans la garde au sol élevée qui rebute certaines personnes.

En vente depuis mai 2015, cet utilitaire demeure aujourd’hui encore parmi les plus populaires de sa catégorie. Il doit cependant rivaliser avec un éventail grandissant de modèles, à commencer par les Nissan Qashqai, Hyundai Kona, Honda HR-V, Jeep Compass et Subaru Crosstrek, les cinq petits VUS les plus vendus au pays.

Sa popularité soutenue dépend largement de qualités associées aux différents produits de sa marque : une qualité de construction soignée et un agrément de conduite indéniable.

En effet, un montage soigné et des matériaux de qualité distinguent ce véhicule de la concurrence. L’habitacle est bien insonorisé, et le châssis rigide, qui ne laisse filtrer ni bruit gênant ni vibration parasite, contribue à feutrer l’environnement intérieur à un niveau qu’on n’associe généralement pas à un véhicule aussi abordable.

AGRÉABLE À CONDUIRE

Le CX-3 se démarque également par un comportement routier sain. D’abord, ses dimensions réduites et sa direction précise, bénéficiant d’une assistance bien dosée, lui permettent de se faufiler avec aisance dans les centres-ville congestionnés. Avec un freinage facile à moduler et une suspension qui n’impose presque pas de roulis dans les courbes, on se croirait au volant d’une voiture de tourisme européenne ! Il suffit de conduire un Chevrolet Trax durant quelques heures pour s’en convaincre, en ressentant le désagrément causé par le roulis prononcé d’une suspension molle. Voilà pourquoi on n’hésite jamais à prendre place au volant d’un CX-3, ne serait-ce que pour s’offrir une simple balade d’agrément.

En adoptant un frein de stationnement à commande électronique, le constructeur a libéré beaucoup d’espace sur la console centrale.
Photo courtoisie, Mazda
En adoptant un frein de stationnement à commande électronique, le constructeur a libéré beaucoup d’espace sur la console centrale.

Après tout, les performances du moteur du CX-3 ne le limitent pas à une vocation urbaine. Un 4-cylindres Skyactiv-G de 2,0 L à injection directe de 148 ch livre 146 lb-pi de couple à bas régime. Il procure à ce VUS plutôt léger des reprises soutenues et une capacité d’accélération de 0 à 100 km/h d’un peu plus de 8 s, un temps honorable pour ce genre de véhicule.

Pour la version d’entrée de gamme GX, ce 4-cylindres est jumelé à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports bien étagée et agréable à utiliser. Le moteur entraîne alors les roues avant. En versant un supplément de 1300 $, on peut y substituer une boîte automatique à 6 rapports très discrète. C’est notre favorite puisqu’elle facilite la conduite dans le trafic dense des heures de pointe, mais aussi parce qu’elle contribue à réduire la consommation de ce véhicule d’environ 4 %.

Pour les versions GS et GT, le mode manuel de cette boîte peut même être actionné par de petites manettes fixées à l’arrière du volant. Elles permettent d’exploiter un peu plus la vivacité du petit moulin, surtout lorsqu’on se déplace dans des routes sinueuses d’arrière-pays.

VIVEMENT L’INTÉGRALE !

Le hayon découvre un coffre plus volumineux qu’on ne l’imagine. Par contre, la surface vitrée réduite à l’arrière ne facilite pas les manœuvres de stationnement.
Photo courtoisie, Mazda
Le hayon découvre un coffre plus volumineux qu’on ne l’imagine. Par contre, la surface vitrée réduite à l’arrière ne facilite pas les manœuvres de stationnement.

Une transmission intégrale figure également au catalogue. Proposée uniquement avec la boîte automatique, elle est une option pour les versions GX et GS (2000 $), alors qu’elle fait partie de la dotation de série du CX-3 GT, la version le plus cossue.

Incontestablement utile en conduite hivernale, elle aide aussi le conducteur qui se déplace sur un pavé détrempé ou une route de terre, en été. De plus, ce système d’entraînement ne rend pas cet utilitaire énergivore pour autant. Des moyennes de consommation variant de 7,5 à 8,6 L/100 km obtenues avec une version intégrale lors d’essais récents confirment, en quelque sorte, la moyenne de 8,1 L annoncée par le constructeur pour ce genre de CX-3.

Notons, en outre, que la dotation de série du CX-3 s’est enrichie d’un nouveau système de contrôle du vecteur de force g. En exploitant mieux la distribution de la puissance motrice, il rend la réponse de la direction plus uniforme et plus précise.

Mazda a également démocratisé trois dispositifs d’aide à la conduite importants en les intégrant à la dotation de tous les CX-3. Il s’agit d’un système d’aide au freinage en ville, d’un système de détection d’obstacles dans les angles morts et d’une alerte de trafic transversal arrière. En marge de ces systèmes, un ensemble de dispositifs plus étoffé appelé i-Activsense fait partie de l’équipement de série de la version GT. Il est aussi proposé parmi les options du CX-3 GS à traction intégrale (1600 $). Il comprend, entre autres, un régulateur de vitesse adaptatif, une alerte de louvoiement, de même qu’un système de détection des piétons à l’avant.

STYLE QUI SE RAFFINE

On reconnaît le CX-3 2019, entre autres, à ses feux arrière redessinés.
Photo courtoisie, Mazda
On reconnaît le CX-3 2019, entre autres, à ses feux arrière redessinés.

L’esthétique du CX-3 2019 a changé légèrement. On le reconnaît à la grille à lattes plus larges de sa calandre, aux feux arrière redessinés et aux garnitures noires lustrées des petits projecteurs antibrouillards de la version GT. Dans le nuancier, une peinture appelée Rouge cristal vibrant métallisé a également remplacé le Rouge vibrant métallisé plus provocant.

À bord, on remarque un nouveau volant et des sièges redessinés, qui demeurent aussi confortables et moulants qu’auparavant. De plus, l’adoption d’un frein de stationnement électronique a permis d’éliminer le levier du frein mécanique. En dégageant de l’espace sur la console centrale, il a été possible d’y loger la commande rotative du système d’infodivertissement Mazda Connect, dont les fonctions s’affichent sur un écran tactile de 7 po, au centre du tableau de bord. Ce système intègre d’ailleurs désormais CarPlay d’Apple et Android Auto.

PETIT, MAIS PRATIQUE

Le CX-3 plaît également pour son coffre modulable pratique. Certes, il n’est pas aussi volumineux ni aussi polyvalent que celui d’un Honda HR-V, le champion « transformiste » de cette catégorie. En revanche, son volume utile qui varie de 408 à 1528 L, selon la version et l’usage fait de la banquette arrière, le place dans la moyenne.

L’aménagement du coffre procure d’ailleurs plus de latitude qu’on ne l’imagine, puisque la section arrière du plancher peut être positionnée à deux niveaux différents. Sa position basse (ou profonde) permet de charger deux valises de 67 cm derrière la banquette, lorsqu’elle est occupée par des passagers.

Et lorsqu’il est en position haute, le plancher du coffre peut former une surface de chargement uniforme avec les dossiers 60/40 repliés de la banquette. Cela permet de charger des objets aussi encombrants qu’un vélo. Alors, on constate que, bien qu’il soit petit, ce véhicule dispose néanmoins de grands moyens.

Dévoilement d’un CX-4 à Genève ?

Tout porte à croire que Mazda va présenter un CX-4 à Genève.
Photo courtoisie, Mazda
Tout porte à croire que Mazda va présenter un CX-4 à Genève.

La gamme Mazda comptera bientôt un véhicule utilitaire additionnel. Cette nouveauté sera dévoilée en première mondiale demain durant une conférence de presse présentée au Salon de l’auto de Genève.

Certaines sources proches du constructeur prétendent que cette nouveauté s’insérera entre le petit CX-3 et le CX-5, de taille compacte. La logique de la nomenclature employée pour désigner les produits de cette marque nous porte donc à croire qu’il s’appellera CX-4.

Or, le CX-4... existe déjà ! Présenté au Salon de Shanghai, en 2016, il est réservé au marché chinois, du moins pour le moment. Est-ce une évolution de ce modèle qu’on verra au salon helvète ? Nous le saurons très bientôt.

À tout le moins, nous savons que ce VUS adoptera le langage stylistique « Kodo » propre à Mazda et que sa gamme de groupes motopropulseurs comprendra le nouveau moteur Skyactiv-X, le premier moteur essence à allumage par compression de série au monde.

Ce moteur combine les avantages propres aux moteurs à essence et diesel. Selon Mazda, son rendement écoénergétique serait de 20 à 30 % supérieur au Skyactiv-G d’un CX-5 et il produirait de 10 à 30 % plus de couple.

FICHE TECHNIQUE

Prix de base

21 045 $ (GX BVM 2RM) ; 22 345 $ (GX BVA 2RM) ; 24 345 $ (GX BVA 4RM) ; 23 345 $ (GS BVA 2RM) ; 25 345 (GS BVA 4RM) ; 31 045 $ (GT BVA 4RM).

Transport et préparation

  • 1895 $

Groupe motopropulseur

L4 DACT 2,0 L ; 148 ch à 6000 tr/min, 146 lb-pi à 2800 tr/min. Boîte de vitesses manuelle ou automatique à 6 rapports. Roues motrices avant ou transmission intégrale.

Particularités

Suspension indépendante aux roues avant ; poutre de torsion à l’arrière. Freins à disque aux quatre roues. Antiblocage de série. Pneus : 215/60 R16 (GX et GS) ; 215/50 R18 (GT).

Cotes

Empattement : 2570 mm ; longueur : 4274 mm ; largeur : 1767 mm ; hauteur : 1542-1547 mm. Poids : 1246-1355 kg. Volume du coffre : 408-1 528 L. Volume du réservoir : 45-48 L. Consommation moyenne (RNCan, BVA, 4RM) : 8,1 L/100 km.

Concurrence

  • Buick Encore
  • Chevrolet Trax
  • Fiat 500L
  • Fiat 500X
  • Ford EcoSport
  • Honda HR-V
  • Hyundai Kona
  • Jeep Renegade
  • Jeep Compass
  • Kia Soul
  • Mitsubishi Eclipse Cross
  • Mitsubishi RVR
  • Nissan Kicks
  • Nissan Qashqai
  • Subaru Crosstrek
  • Toyota C-HR

Points forts

  • Construction soignée
  • Moteur performant et éconergétique
  • Intérieur confortable et polyvalent
  • Bonne boîte automatique

Points faibles

  • Visibilité arrière limitée
  • Places arrière peu spacieuses

COTES DE L’AUTEUR

  • Cote d’ensemble 8/10
  • Consommation 8/10
  • Équipement 8/10
  • Prix 8/10
  • Apparence 9/10
  • Confort à l’avant 8/10
  • Confort à l’arrière 6/10
  • Comportement 8/10
  • Performance 7/10
  • Rangement 7/10

Le Mercedes-AMG GLE 53 4MATIC+ s’amène

0304 - AUTO - Chronique Jacques Bienvenue
Photo courtoisie, Mercedes

Le constructeur allemand vient d’annoncer l’arrivée du Mercedes-AMG GLE 53 4MATIC+, qui devient le plus puissant et le plus sportif de la gamme redessinée du VUS intermédiaire GLE 2020. Son moteur à six cylindres turbo propose une puissance de 435 chevaux qui le fait passer de 0 à 100 km/h en 5,3 secondes.