/news/health
Navigation

L'épilepsie, une maladie méconnue qui frappe particulièrement les jeunes

Coup d'oeil sur cet article

Bien que méconnue, l'épilepsie, cette maladie qui a provoqué la mort du joueur de hockey de l'Armada de Blainville-Boisbriand Alec Reid dimanche, touche des milliers de personnes, dont plusieurs jeunes.

 • À lire aussi: «Une onde de choc» - Bruce Richardson  

 • À lire aussi: Un joueur de l’Armada meurt subitement  

Bon an, mal an, environ 15 000 Canadiens reçoivent un diagnostic d'épilepsie. Du nombre, 80 % ont moins de 18 ans, selon l'Association québécoise des neuropsychologues.    

Bien qu'il avait seulement 18 ans, Alec Reid est décédé de complications reliées à l'épilepsie. Un phénomène rare, mais connu.    

«Les patients en épilepsie sont à risque d'une condition qui s'appelle la mort subite, qui survient soudainement, qui peut arriver dans le sommeil, par exemple, qui peut affecter jusqu'à 1 sur 1000 patients atteints d'épilepsie, ou 1 sur 4000 enfants», a expliqué le Dr Alexander G. Weil, neurochirurgien pédiatrique au CHU Sainte-Justine, à TVA Nouvelles.    

«Souvent, on voit que ces patients-là peuvent faire, par exemple, des arythmies cardiaques, qui peuvent mener à la mort subite, ou des troubles ou difficultés respiratoires. Souvent, c'est les patients dont leur épilepsie est moins bien contrôlée», a poursuivi le Dr Weil.    

Il existe plusieurs formes d'épilepsie, qui peuvent affecter différentes parties du cerveau. Certaines opérations sont possibles comme la thermoablation au laser.    

Jusqu'à 100 crises... à 2 ans!   

Le petit Théo, 2 ans, fait partie des jeunes Québécois aux prises avec l'épilepsie, lui qui peut faire entre 50 et 100 crises par jour. Il s'est fait diagnostiquer la maladie alors qu'il n'avait que trois mois.    

Capture d'écran, TVA Nouvelles

  

Il a déjà subi une première intervention chirurgicale pour tenter de contrôler la maladie. «On lui a retiré le quart de son cerveau du côté gauche, espérant arriver à diminuer les crises. Ça n'a malheureusement duré que seulement 24 heures», a raconté son père, Jean-François Gallant, à TVA Nouvelles.    

Depuis août dernier, les parents de Théo attendent qu'il soit opéré à nouveau, probablement au cours des prochains jours.    

Capture d'écran, TVA Nouvelles

  

«Ils vont faire une hémisphérectomie fonctionnelle, qui consiste à séparer les deux hémisphères du cerveau», a expliqué sa mère, Catherine Gratton.