/news/politics
Navigation

Gerald Butts témoignera mercredi à Ottawa

Cabinet 20180410
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - L’ex-bras droit de Justin Trudeau, Gerald Butts, témoignera mercredi matin devant le comité de la justice de la Chambre des communes qui poursuit ses travaux concernant l’affaire SNC-Lavalin.

• À lire aussi: La crise SNC-Lavalin fait mal à Justin Trudeau

• À lire aussi: Trudeau prépare sa riposte avec un genou au sol 

M. Butts devrait donner sa version des faits à savoir si Justin Trudeau et des membres de son entourage ont tenté d'influencer l'ex-procureure générale du Canada, Jody Wilson-Raybould, pour qu’elle intervienne afin que l’entreprise d’ingénierie montréalaise évite un procès au criminel pour une affaire de présumée corruption en Libye.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Mercredi dernier, devant le même comité de la justice, l’ancienne ministre a expliqué en détail comment elle avait, selon elle, été l’objet de pressions inappropriées et de menaces voilées de la part de plus d’une dizaine de personnes influentes de l’appareil gouvernemental, dont le premier ministre et des membres de son bureau. Alors qu’elle refusait de céder à ces pressions, a-t-elle expliqué, les pressions se sont étalées de septembre à décembre derniers, jusqu’à ce qu’elle soit retirée de ses fonctions en janvier.

Justin Trudeau a dit qu’il n’était pas du tout d’accord avec l’interprétation des faits retenue par Mme Wilson-Raybould. Il soutient en outre qu’il a toujours agi pour protéger les emplois que procure la firme d’ingénierie montréalaise au pays.

De son côté, au lendemain du témoignage de Mme Wilson-Raybould, Gerald Butts, qui a démissionné de son poste de secrétaire principal auprès du premier ministre en février après qu’il eut été associé à toute cette affaire de pressions indues, a fait savoir qu'il voulait témoigner également.

«J’ai visionné le témoignage de l’Honorable Jody Wilson-Raybould hier. J’estime que ce que j’ai à dire aidera le Comité de la Justice et des Droits de la Personne dans son étude du dossier. Je vous demande respectueusement l’occasion de me présenter devant le Comité. J’ai besoin d’une courte période de temps afin de recevoir des recommandations légales et produire des documents pertinents pour le Comité», a écrit M. Butts dans une lettre envoyée au président du comité qu’il a publiée sur Twitter.

Dans une autre lettre, celle de sa démission, le 18 février, Gerald Butts avait dit qu’il a «servi l'intérêt public, et non celui d'individus». «Je n'ai jamais servi les intérêts des sociétés privées. La vie est remplie d'incertitudes, mais de cela, j'en suis certain.»