/news/currentevents
Navigation

Montréal doit reprendre un col bleu «irrécupérable» avec des problèmes de comportement

Un col bleu a eu des problèmes de comportement

Coup d'oeil sur cet article

Montréal a dépensé 40 000 $ en frais d’avocats dans son vain combat pour faire congédier un col bleu qui cumule des dizaines de mesures disciplinaires et qui a même conduit une petite déneigeuse drogué. ​

 

En l’espace d’un an, la Ville a payé 40 600 $ au cabinet d’avocats Le Corre, dans le but de faire valider le congédiement de Manuel Montero, selon des factures obtenues par Le Journal via une demande d’accès à l’information.

Montréal a décrit cet employé comme « irrécupérable » en cour, et qui « n’est pas un employé modèle », selon un juge de la Cour supérieure.

Agressivité

Embauché en 1999 par l’arrondissement de Lachine, M. Montero avait accumulé 26 mesures disciplinaires entre 2004 et 2012 pour des problèmes répétés d’absentéisme et d’agressivité, autant envers ses patrons qu’envers les résidents.

M. Montera avait même été suspendu pendant 35 jours puisqu’un patron l’avait surpris au volant d’une chenillette de déneigement après l’avoir vu fumer un joint.

Malgré tout, M. Montero est toujours à l’emploi de l’arrondissement de Lachine. Le syndicat des cols bleus a contesté avec succès son licenciement devant un arbitre, qui a décidé en 2014 que la Ville n’avait pas respecté son propre processus disciplinaire.

Deux ans de salaire

Résultat : Montréal devait réembaucher M. Montero et lui rembourser deux ans de salaire perdu. La Ville a ensuite porté cette décision en appel devant la Cour supérieure (2016) et la Cour d’appel (2018), qui ont toutes deux donné raison à M. Montero.

« L’arrondissement est déçu de la décision de la cour, car nous considérions notre dossier valable, mais nous respectons évidemment la décision qui a été rendue », soutient la porte-parole Sophie Lepage.

Elle a ajouté que c’est maintenant la fin des procédures judiciaires pour renvoyer M. Montero.

« Les démarches ont donc été suspendues. Nous effectuons la gestion au quotidien de cet employé [...] pour veiller à maintenir une haute qualité de services pour nos citoyens », commente Mme Lepage.