/news/politics
Navigation

Allégation d’infractions criminelles: emporté par la chasse aux fuites de l’UPAC

Suspension-choc du patron de la Sûreté du Québec, Martin Prud’homme

Coup d'oeil sur cet article

La chasse aux fuites médiatiques lancée par l’UPAC il y a trois ans serait à l’origine de la suspension surprise du grand patron de la SQ. 

Notre Bureau d’enquête a appris que des récents développements dans cette affaire expliqueraient l’annonce faite mercredi par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault. 

Cette dernière a relevé Martin Prud’homme de ses fonctions jusqu’à nouvel ordre, en raison d’une «allégation relative à des infractions criminelles». Il n’est pas question d’accusations pour le moment. 

Selon nos sources, cette décision ferait suite à des renseignements obtenus par le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI), l’organisme que le gouvernement Legault a mandaté l’automne dernier pour faire la lumière sur cette chasse aux sorcières qui fut marquée par l’arrestation du député Guy Ouellette en octobre 2017. 

«Sous le choc» 

La ministre est restée muette quant à la nature des allégations touchant M. Prud’homme pour «ne pas nuire à l’enquête». Le BEI a confirmé qu’il menait «une enquête de nature criminelle», sans plus de détails. 

Présentement en vacances, M. Prud’homme n’a pas été arrêté, mais il était «sous le choc» quand des représentants du ministère lui ont annoncé la nouvelle mercredi matin. 

«Il était très surpris. On ne lui a même pas dit quelles étaient ces allégations ni qui allait le remplacer», a dit au Journal une personne de son entourage qui a demandé à ce que son identité soit préservée. 

Un autre de ses proches nous a mentionné que M. Prud’homme s’est vite douté que sa suspension était reliée à «l’affaire Ouellette». 

«C’est la seule hypothèse qu’il peut voir. Il n’a rien à se reprocher», a dit cette source, en évoquant la possibilité d’une « job de bras » venant d’« ennemis » que Prud’homme a pu se faire à la SQ ou en faisant le ménage au SPVM comme chef intérimaire l’an dernier. 

  • ÉCOUTEZ l'entrevue avec Jean-François Brochu, ex-sergent de la Sûreté du Québec et analyste en affaires policières, à l'émission Dutrizac de 6 à 9 sur QUB radio :

Le «projet A» 

Au printemps 2017, l’ex-patron de l’UPAC, Robert Lafrenière, disait vouloir épingler «le bandit» à l’origine de fuites sur des enquêtes de l’Unité anticorruption. 

Celui qui a quitté son poste à l’automne 2018 ne faisait sûrement pas allusion à Prud’homme, qui était son gendre au moment de cette déclaration. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Des documents de cour rendus publics en février 2018 et liés au « projet A » – le nom de l’enquête que l’UPAC avait commandée sur les fuites – ciblaient quatre suspects. Martin Prud’homme n’était pas du lot. 

Les personnes soupçonnées étaient le député Ouellette, deux policiers de la SQ prêtés à l’UPAC, et l’ex-entrepreneur Lino Zambito, témoin vedette de la commission Charbonneau. Aucun d’eux n’a finalement été accusé. 

Martin Prud’homme avait été rencontré à deux reprises par les enquêteurs pour expliquer ses contacts avec Guy Ouellette en 2017. Il n’avait pas caché sa « relation amicale » avec l’ex-policier devenu député de Chomedey. 

«À plusieurs reprises, il dit catégoriquement qu’il n’a jamais donné d’information à Guy Ouellette et que ce dernier ne lui en a jamais demandé», précisait l’UPAC dans ses documents de cour. 

 – Avec la collaboration de Félix Séguin, Antoine Lacroix et Charles Lecavalier  

► L’un des adjoints du chef Prud’homme, Mario Bouchard, a été désigné par la ministre Guilbault pour assurer l’intérim à la tête de la SQ. 

Ce que Prud’homme avait dit aux enquêteurs 

Soupçons, allégations ou accusations ? 

Soupçons 

Ils permettent aux policiers de démarrer une enquête afin de les valider. Si les soupçons s’avèrent réels, la police pousse son enquête dans le but de soumettre le dossier à la Couronne. 

Allégations 

Ce sont les prétentions des policiers et de la Couronne, mais qui n’ont pas encore subi le test des tribunaux. 

Accusations 

Quand la Couronne a la conviction qu’un crime a été commis, elle dépose des accusations qui devront subir le test des tribunaux. 

 – Michaël Nguyen 

Le projet a en huit dates 

22 avril 2016 

Une enquête est ouverte sur des « fuites » d’informations dans des médias évoquant des enquêtes de l’UPAC. 

Printemps 2017 

Notre Bureau d’enquête publie des reportages sur le projet d’enquête Mâchurer de l’UPAC, relativement au financement du PLQ, où l’ex-premier ministre Jean Charest et l’argentier du parti, Marc Bibeau, sont des sujets d’intérêt. 

4 mai 2017 

Témoignant en commission parlementaire, le commissaire de l’UPAC, Robert Lafrenière, qualifie ces fuites d’« inadmissibles » et il promet de trouver « le bandit qui a fait ça ». 

11 septembre 2017 

Le directeur général de la SQ, Martin Prud’homme, qui est alors le gendre du commissaire Lafrenière, est questionné par les enquêteurs quant à ses liens avec le député Ouellette, un ami à lui. 

25 octobre 2017 

Le député Ouellette, alors qu’il présidait une commission parlementaire qui s’intéressait à l’UPAC, est arrêté à Québec. Son cellulaire et son ordinateur sont également saisis lors d’une perquisition dans son appartement. 

31 octobre 2017 

Guy Ouellette déclare devant l’Assemblée nationale avoir été « victime d’un coup monté » de l’UPAC. Le commissaire Lafrenière nie que le député aurait été piégé et se dit même « convaincu qu’il va y avoir des accusations dans ce dossier-là ». 

4 octobre 2018 

Alors qu’aucune accusation n’a encore été déposée, le député Ouellette et ses avocats parviennent à faire invalider par les tribunaux le mandat de perquisition exécuté contre lui un an plus tôt et à écarter toute preuve recueillie, sans opposition de la directrice des poursuites criminelles et pénales. 

25 octobre 2018 

Après avoir remporté l’élection provinciale, le gouvernement Legault accepte, à la demande de la DPCP, de confier au Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) le mandat de se pencher sur les allégations de fuites. 

Pas facile d’être directeur de la SQ 

Serge Barbeau 

1995-1996 

Suspendu après le fiasco de l’affaire Matticks, qui a mené à la commission d’enquête Poitras. 

Guy Coulombe 

1996-1998 

Ce haut fonctionnaire au gouvernement a été le premier civil à diriger la SQ. 

Florent Gagné 

1998-2003 

Sous cet ex-sous-ministre, le règne des civils à la tête de la SQ s’est poursuivi durant cinq ans. 

Normand Proulx 

2003-2008 

Ce policier de carrière était directeur adjoint de la SQ lorsque le gouvernement Charest l’a promu. 

Richard Deschesnes 

2008-2012 

Tassé par le gouvernement Marois, il est accusé d’utilisation frauduleuse du fonds secret de dépenses à la SQ. 

Mario Laprise 

2012-2014 

Cet ex-enquêteur de l’escouade Carcajou fut muté à Hydro-Québec quand les libéraux ont repris le pouvoir. 

Martin Prud’homme 

2014- 

Ex-enquêteur et ancien sous-ministre, il avait laissé son poste pendant un an pour aller diriger la police de Montréal en 2018.