/news/health
Navigation

Ne remplacez pas les vaccins par l’homéopathie, implore Santé Canada

Coup d'oeil sur cet article

Les nosodes, une forme de traitement homéopathique conseillé par certains homéopathes et naturopathes pour protéger les enfants de maladies infectieuses, ne peuvent pas remplacer les vaccins, a averti Santé Canada mercredi.

Selon les tenants de cette forme de traitement, les nosodes permettent de stimuler le système immunitaire, un phénomène baptisé «homéoprophylaxie». 

Ce type de traitement est revenu à l’avant-scène la fin de semaine dernière lorsque la chaîne CBC News a révélé qu’Affaires mondiales Canada a octroyé 350 000$ sur cinq ans à un organisme québécois, Terre sans Frontières, pour qu’il envoie des homéopathes faire la promotion de ce produit au Honduras. Ceux-ci sont utilisés pour lutter contre la maladie de Chagas, une maladie tropicale qui peut seulement être combattue par des médicaments onéreux. 

«Aucun produit homéopathique ne devrait être promu comme solution de rechange aux vaccins, car il n’existe aucun substitut aux vaccins», a tenu à avertir mercredi Santé Canada par communiqué. 

«Le Ministère n’a pas approuvé de nosodes porteurs d’allégations d’homéoprophylaxie. Nous assurerons le suivi de ces reportages et, si nous constatons des cas de non-conformité à la Loi sur les aliments et drogues ou à ses règlements, nous prendrons les mesures qui s’imposent», a poursuivi Santé Canada. 

Le ministère s’inquiète de voir des gens recourir aux nosodes pour tenter de protéger leurs enfants contre diverses maladies. «Les enfants à qui l’on a donné des nosodes au lieu de vaccins risquent de développer des maladies infantiles graves et potentiellement mortelles comme la rougeole, les oreillons, la rubéole, la poliomyélite et la coqueluche», a-t-il lancé en appelant les parents à faire vacciner leurs enfants. 

Basée sur l’idée de la mémoire de l’eau et que la source d’une maladie peut aussi être utilisée pour la combattre, l’homéopathie est généralement décriée comme était sans fondement scientifique. 

D’ailleurs, Santé Canada exige qu’il soit clairement indiqué sur les produits homéopathiques à base de nosode qu’ils ne remplacent pas les vaccins et que leur efficacité n’a pas été prouvée pour prévenir une infection.