/sports/soccer
Navigation

Oublier la Ligue des champions

Adam Lundqvist du Dynamo de Houston et Ignacio Piatti de l’Impact, lors d'un affrontement à Montréal.
Photo joël Lemay, Agence QMI Adam Lundqvist du Dynamo de Houston et Ignacio Piatti de l’Impact, lors d'un affrontement à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Le Dynamo de Houston est dans une portion chargée de son calendrier puisque le match de samedi est pris en sandwich entre deux rencontres quart de finale de la Ligue des champions.

Cependant, l’équipe du sud du Texas s’est inclinée 2 à 0 à domicile contre Tigres UANL mardi dernier de sorte que le match retour de mardi prochain, disputé au Mexique, est soudainement moins significatif.

« Je m’attends à ce qu’ils jouent avec le même effectif considérant qu’ils n’ont pas obtenu un bon résultat à domicile et qu’ils vont jouer le prochain match au Mexique », a soutenu Evan Bush.

Début de saison

« On est en début de saison alors les joueurs vont être prêts, avance pour sa part Bacary Sagna. C’est en milieu de saison que ça devient moins évident [de jouer plusieurs matchs en une semaine]. »

Quant à savoir s’il vaut mieux pour eux de lancer la serviette, Sagna n’a pas pris position.

« Ça dépend de leurs objectifs et de la philosophie du club, de ce qu’ils veulent accomplir. »

Bush a bien tenté d’obtenir plus d’informations auprès d’un ancien coéquipier, mais sans succès.

« J’ai texté Davy Arnaud mercredi pour obtenir quelques informations et tout ce qu’il m’a dit, c’est que je vais ramasser quelques ballons dans mon filet. »

Arnaud, qui est désormais entraîneur adjoint avec le Dynamo, n’a même pas souhaité bonne fête à Bush, qui célébrait son 33e anniversaire mercredi, ce qui a bien fait rigoler le gardien.

Revirement

L’Impact et le Dynamo se sont affrontés pour la dernière fois le 2 juin 2018, un match que l’Impact avait remporté 1 à 0 au Stade Saputo.

« On était déjà à un point de la saison où on était en train de tourner psychologiquement l’état collectif de l’équipe », s’est souvenu Rémi Garde.

« Je me souviens qu’on avait beaucoup souffert parce qu’ils ont de bons joueurs et que la puissance de leurs attaquants nous avait donné des problèmes. »

Cette victoire avait lancé une séquence de six victoires en huit rencontres pour le Bleu-blanc-noir.