/24m/job-training
Navigation

Un nouveau programme pour les femmes en numérique

Program development concept. Young woman listening to music while working with laptop
Africa Studio - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Rose Carine Henriquez — 37e AVENUE

 

Au Canada, seuls 5 % des entreprises en TI ont des femmes comme PDG. Le nouveau programme Femmes en numérique veut leur faire davantage de place dans le domaine, en leur offrant un soutien financier et de l’accompagnement. Présentation.

Après la création en 2003 de son programme L’Oréal-UNESCO pour les femmes et la science, L’Oréal Canada s’intéresse désormais à la place des femmes dans l’industrie des technologies, où les inégalités entre les genres sont criantes. « J’étais habituée à voir des chiffres épouvantables sur l’avancement des femmes en sciences, mais en faisant mes recherches, je me suis rendu compte que c’était encore pire en ce qui concerne les femmes dans le secteur du numérique », raconte Virginie Hotte-Dupuis, responsable des communications externes et de la philanthropie chez L’Oréal Canada.

« L’une des principales problématiques était leur accès au financement, poursuit-elle. D’où l’idée de créer un programme philanthropique qui donnerait du financement à cette cible précise. » Une fondatrice d’une jeune entreprise canadienne se verra donc offrir en mai prochain une bourse de 20 000 $, une formation et du mentorat.

Donner l’exemple

« Ce qu’on espère avec Femmes en numérique, c’est que le fait de voir une grande compagnie s’associer à cette cause pousse d’autres compagnies à la soutenir aussi et à faire avancer les choses », souhaite Virginie Hotte-Dupuis.

La marraine de cette édition, Chloé Freslon, fondatrice du blogue et du balado URelles, voit cette initiative comme un moyen de faire comprendre aux femmes que le milieu des technologies est un choix possible. « En offrant de l’argent à une gagnante, on l’aide à pérenniser son entreprise et à inspirer d’autres femmes, grâce à l’effet de modèle, déclare-t-elle. Il y a un cercle vertueux qui se crée. »

Un combat de longue haleine

La sous-représentation des femmes dans le secteur des technologies est un problème qui se résoudra grâce à des mesures de longue haleine et qui nécessite la mise en œuvre d’un ensemble de solutions, estime Chloé Freslon.

Elle s’attaque au manque d’intérêt comme raison première de la faible présence des femmes dans le domaine. « Elles ne s’y intéressent pas parce que, généralement, on ne leur en parle pas de la bonne façon, dit-elle. Je crois qu’il faut leur suggérer les technologies comme choix de carrière et qu’il faut leur en montrer différentes facettes, car de nos jours, ce qu’on peut faire avec les technologies est illimité. Les technologies touchent toutes les industries. »

Une fois que les femmes auront investi ce milieu, il s’agira de faire en sorte qu’elles y restent en repensant les structures. « Il s’agit de rendre l’industrie accueillante. Tous les scandales sexuels dont on entend parler, les dynamiques toxiques... Il faut éradiquer cela, estime Chloé Freslon. On doit faire en sorte que tous s’y sentent bienvenus et puissent s’épanouir dans cette industrie. »

Intéressée par le programme Femmes en numérique ? Vous avez jusqu’au jeudi 28 février 2019 pour soumettre votre candidature.