/weekend
Navigation

Fable mystérieuse au Nouveau-Mexique

Suzanne Aubry
Photo Chantal Poirier Suzanne Aubry

Coup d'oeil sur cet article

Intriguée par une légende découverte lors de ses voyages au Nouveau-Mexique, Suzanne Aubry a entrepris de raconter cette histoire extraordinaire dans son nouveau roman, La Cueva. À la frontière du suspense, du western, de la fable et du roman historique, ce roman bouleversant évoque autant l’aridité des déserts du Sud-Ouest que la sécheresse qui habite parfois le cœur des hommes.

Suzanne Aubry, auteure de la série à succès Fanette, entre autres, s’est plon­gée à nouveau dans le 19e siècle pour écrire ce superbe roman – son plaidoyer pour la paix, dit-elle –, dont l’action se partage entre l’Ancien et le Nouveau Monde.

Avec le personnage de François-Xavier Comtois, un Canadien français qui parcourt les routes poussiéreuses du Midwest et du Sud-Ouest, et d’un journaliste français appelé Victor Dumas, elle nous transporte dans un univers franchement dépaysant. Au cœur de son histoire : le destin tragique d’un mystérieux ermite d’origine italienne, vivant dans une grotte du Nouveau-Mexique et doté d’un don de guérisseur.

« Je me suis demandé comment j’allais faire pour intéresser les lecteurs et les lectrices au Nouveau-Mexique, qu’ils ne connaissent pas. Et comment faire pour qu’ils s’accrochent à cette histoire ? J’ai pensé à ce narrateur, ce personnage de voyageur plus grand que nature », explique-t-elle.

Il a vraiment existé et s’appelait François-Xavier Aubry – aucun lien de parenté avec l’auteure. « C’est un simple commis, comme dans mon histoire, qui est allé au Nouveau-Mexique, qui a ouvert des routes vers Santa Fe et San Francisco. C’était un cavalier remarquable, lettré, qui savait très bien compter. C’était un très bon homme d’affaires. Malheureusement, il s’est fait tirer vers 27-28 ans dans un bar. C’était un personnage extraordinaire et je me suis inspirée de lui pour mon roman. »

Une grotte mystérieuse

De plus, Suzanne Aubry et son compagnon voyagent régulièrement au Nouveau­-Mexique depuis les cinq dernières années. « On va passer un mois là-bas pour échapper aux horreurs de l’hiver québécois. C’est un endroit où la nature est très belle. »

Elle poursuit. « À force de se promener, on a découvert une grotte – La Cueva – et l’histoire de l’ermite, qui a vraiment existé lui aussi et qui s’est fait assassiner. Je m’inspire de la réalité, mais j’ai changé le nom de l’ermite. Je lui ai inventé un passé, une vie, des amours. J’étais fascinée par sa destinée. On n’a jamais découvert qui l’avait assassiné et moi, j’ai trouvé le coupable : je l’ai inventé ! »

Toutes les étoiles étaient alignées pour que cette histoire soit prête à être racontée ! « Je suis arrivée à un moment où j’avais envie d’écrire ça. J’ai toujours une dizaine de projets de roman dans mes carnets et je réfléchis beaucoup avant d’en commencer un. Où mon cœur va ? Qu’est-ce que j’ai envie de raconter ? J’étais éblouie par ces paysages du Nouveau-Mexique. »

Après avoir écrit Je est une autre, un roman contemporain, elle avait envie de retrouver une histoire un peu plus mythique, quelque chose de plus grand que nature. « Je me suis dit : je l’ai ! J’avais le goût de le faire. »

Comme toute la série Fanette se passe au milieu du 19e siècle, elle était très familière avec l’époque. « J’avais fait d’énormes recherches pendant huit ans pour écrire Fanette. Et ce qu’on remarque dans La Cueva, c’est que ce n’est pas un roman historique. Ça se passe au 19e siècle, mais le côté historique m’intéresse moins que la fable incroyable de cet ermite qui finit ses jours dans une caverne et qui est mystérieusement assassiné. »

En librairie le 13 mars.

  • Suzanne Aubry est écrivaine et scénariste.
  • Les sept tomes de la série Fanette se sont vendus à plus de 100 000 exemplaires.
  • Elle est présidente de l’Union des écrivaines et des écrivains québécois.
  • Elle sera présente dans les salons du livre.

EXTRAIT

La Cueva, Suzanne Aubry, Éditions Libre Expression, 384 page
Photo courtoisie
La Cueva, Suzanne Aubry, Éditions Libre Expression, 384 page

« Une nuit, je m’éveillai en sursaut. J’aperçus une forme blanche à quelques pieds de mon lit. Je sus aussitôt qu’il s’agissait de Chiara, même si je ne pouvais distinguer son visage. Elle restait silencieuse, mais j’entendais sa voix à l’intérieur de ma tête.

— Pietro, il est temps pour toi de reprendre la route.

— Chiara, c’est toi ?

Elle ne répondit pas.

— Pour quelle raison dois-je reprendre la route ?

— Pour accomplir ton destin.

— Où dois-je aller ?

— Tes pas te mèneront loin, très loin, vers le Nouveau Monde. Tu trouveras une montagne, dont les cimes ressemblent à de grandes mains. Il y a là une grotte creusée à même les rochers. Elle deviendra ton dernier refuge. »

— Suzanne Aubry, La Cueva, Éditions Libre Expression