/world/africa
Navigation

Écrasement en Éthiopie: ils n’ont eu aucune chance

Un Bœing d’Ethiopian Airlines s’écrase après le décollage et fait 157 morts, dont 18 Canadiens

Coup d'oeil sur cet article

Dix-huit Canadiens étaient à bord de l’avion d’Ethiopian Airlines qui s’est écrasé dimanche matin, six minutes après son décollage de la capitale d’Éthiopie, ne laissant aucune chance aux 157 passagers.

Le vol ET-302 s’est écrasé à une soixantaine de kilomètres de son point de départ à Addis-Abeba. Le pilote expérimenté qui était aux commandes venait d’obtenir l’autorisation de faire demi-tour après qu’un ennui technique eut été signalé.

« L’avion semblait essayer d’atterrir dans un champ voisin, mais il s’est écrasé avant de l’atteindre », a rapporté Sisay Gemechu, un agriculteur témoin de la scène.

Sous la force de l’impact, un immense cratère s’est creusé sur des dizaines de mètres de longueur. L’aéronef « était déjà en feu lorsqu’il s’est écrasé », a signalé un autre un témoin, Tegegn Dechasa. La carlingue s’est désintégrée au contact du sol, ne laissant aucune chance aux 149 passagers et aux huit membres de l’équipage.

35 nationalités

Le recensement des victimes fait état de 35 nationalités différentes. Des 18 pertes canadiennes, cinq identités étaient connues dimanche soir. Il était impossible de confirmer la présence ou non de victimes québécoises.

Parmi les victimes figure Pius Adesanmi, un professeur d’origine nigériane qui enseignait l’anglais à l’Université Carleton, à Ottawa.

« [Ses] contributions à Carleton ne peuvent être mesurées. Il a travaillé sans relâche pour mettre sur pied l’Institut des Études africaines », a louangé la doyenne de la faculté des Arts et Sciences sociales, Pauline Rankin.

Un peu plus tard, des proches ont confirmé la mort d’Amina Ibrahim Odowaa et sa fille de cinq ans, Safiya Faisal Ega, qui résidaient à Edmonton.

Derick Lwugi, un comptable de Calgary, a également perdu la vie. Le maire Naheed Nenshi s’est dit « absolument dévasté » d’apprendre le décès de son collègue à la Ville.

L’autre victime est une jeune activiste de Toronto, Danielle Moore. Elle était en direction de Nairobi, au Kenya, pour assister à la conférence annuelle du Programme des Nations unies pour l’environnement, qui doit débuter lundi.

Enquête rapide

Le PDG d’Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, s’est rendu sur place pour constater les dégâts, évoquant un « jour très triste et tragique », pendant que des équipes de sauveteurs s’affairaient à ramasser les corps et les débris.

Une enquête conjointe des autorités éthiopiennes et américaines sera menée, alors qu’il s’agit d’un deuxième écrasement inexpliqué d’un Boeing 737 MAX 8 en cinq mois à peine.

L’entreprise Boeing, « profondément attristée d’apprendre la disparition des passagers », cherchera également à tirer des conclusions de ce drame.

Pour l’ancien pilote et expert en aviation civile, Jean Lapointe, l’enquête risque de progresser rapidement. « Les boîtes noires devraient être trouvées en 48 à 72 heures vu la situation géographique », croit-il.

5 victimes canadiennes identifiées

► Pius Adesanmi

Ottawa

Pius Adesanmi<br>
<i>Ottawa</i>
Photo courtoisie
Pius Adesanmi
Ottawa

► Derick Lwugi

Calgary

Derick Lwugi<br>
<i>Calgary</i>
Photo courtoisie
Derick Lwugi
Calgary

► Danielle Moore

Toronto

Danielle Moore<br>
<i>Toronto</i>
Photo courtoisie
Danielle Moore
Toronto

► Amina Ibrahim Odowaa

Edmonton

Amina Ibrahim Odowaa<br>
<i>Edmonton</i>
Photo courtoisie
Amina Ibrahim Odowaa
Edmonton

► Sofia Faisal Egal Abdulkadir

Edmonton

Chronologie du drame

♦ 8 h 30

157 passagers et membres d’équipage décollent de l’aéroport d’Addis Abeba, en Éthiopie, à bord du Bœing 737 MAX 8 du transporteur Ethiopan Airlines

♦ Entre 8 h 38 et 8 h 44

Le pilote expérimenté dévoile un ennui technique et la tour de contrôle lui accorde la permission de faire demi-tour

♦ 8 h 44

L’avion perd contact avec la tour de contrôle près de la ville de Bishoftu, à une soixantaine de kilomètres de son lieu d’envol

♦ 8 h 46

Sans nouvelle de la cabine de pilotage, les autorités déploient les mesures d’urgence

► Les tragédies aériennes les plus meurtrières impliquant des Canadiens

29 novembre 1963

Un DC-8 de Trans-Canada Airlines (devenu Air Canada) s’écrase à Sainte-Thérèse peu après son décollage de l’aéroport de Dorval, faisant 118 morts.

5 juillet 1970

Un DC-8 d’Air Canada perd des moteurs lors d’un atterrissage à Toronto, entraînant un écrasement qui coûte la vie aux 109 occupants de l’appareil.

29 mars 1979

Un Fokker F27 de Québecair s’écrase peu après son décollage à Québec en raison de l’incendie d’un moteur, faisant 17 morts et sept blessés.

23 juin 1985

L’explosion du vol 182 d’Air India au-dessus de l’océan Atlantique fait 329 morts, dont 280 Canadiens.

18 juin 1998

Un vol de Propair Flight à destination de Peterborough, Ontario, s’écrase peu après son décollage à l’aéroport Montréal-Trudeau, faisant 11 morts.

31 octobre 1999

22 Canadiens ont trouvé la mort lors du vol 990 d’EgyptAir, qui s’était écrasé dans l’Atlantique, faisant 217 morts.

- Recherche : Agence QMI

Le Cœur « BRISÉ »

« Les Canadiens et le reste du monde pleurent ensemble la perte de tant de vies aujourd’hui [dimanche]. Nous avons le cœur brisé pour les familles et les amis des 18 Canadiens qui ont perdu la vie. »

– Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« Je suis très attristé par cet écrasement d’avion qui a coûté la vie à toutes les personnes à bord. Mes plus sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes qui ont péri, y compris des employés de l’ONU. »

– António Guterres, secrétaire général de l’ONU

« Il est trop tôt pour spéculer sur la cause de l’accident. Une enquête approfondie sera menée pour identifier la cause avec la collaboration de toutes les parties, y compris Boeing, les autorités éthiopiennes en aviation civile et d’autres organismes internationaux. »

- Tewolde Gebremariam, PDG d'Ethiopian Airlines

« J’ai été bouleversée et attristée d’apprendre le décès de 157 personnes, y compris 18 citoyens. Au nom du gouvernement du Canada, j’offre mes plus sincères condoléances à tous ceux qui ont perdu des êtres chers dans ce terrible écrasement d’avion. »

- Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères