/qubradio
Navigation

Affaire Prud'homme: un ex-policier s’exprime sur «les clans» à la SQ

Affaire Prud'homme: un ex-policier s’exprime sur «les clans» à la SQ
PHOTO D'ARCHIVES

Coup d'oeil sur cet article

François Doré, ex-policier pour la Sûreté du Québec (SQ) et maintenant à la retraite, s’est entretenu avec Richard Martineau sur les ondes de QUB radio lors de l’émission Politiquement incorrect, concernant le climat nébuleux qui plane depuis la suspension du grand patron de la SQ, Martin Prud’homme, suite à des allégations d’infractions criminelles.  

«La première question à se poser quand la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault est sortie en parlant de la suspension provisoire de Martin Prud’homme est : ‘’est-ce personnel ou professionnel?’’ On comprend que ce n’est pas personnel, mais professionnel. Ça serait lié à une enquête. Évidemment ce n’est pas confirmé».    

Richard Martineau a amené François Doré à donner son avis sur la création des clans au sein de la SQ à savoir si la rumeur qui circule concernant des guerres internes est bel et bien véridique.     

«Ce sont des amis, des clans qui réussissent à s’unir pour obtenir un résultat, mais qui entre temps ont toujours visé sur qui veut calife à la place du calife et oui ça forme des groupes. Sauf, ce que moi j’ai vu c’est qu’un moment donné tout le monde est capable d’être uni pour un but commun, soit la lutte contre le crime».    

Monsieur Doré pense que «l’on doit garder une certaine confiance» envers les policiers, mais aussi «un certain œil sur la façon d’administrer».     

Atmosphère de suspicion  

L’atmosphère de suspicion actuelle remonte dans une certaine mesure aux fuites de documents liés à une enquête de l’UPAC sur l’ancien premier ministre Jean Charest et l’ex-trésorier du Parti libéral du Québec, Marc Bibeau.     

Concernant Jean Charest, l’ex-policier de la SQ explique que «s’il y a eu malversation et corruption, ça sera difficile à prouver. Ça prend du temps et c’est sur ça que les gens se découragent beaucoup.»    

Il se fait prudent en affirmant que «le tribunal public est beaucoup plus rapide à juger, condamner et exécuter des gens. Actuellement ce sont des allégations qui sont avancées (contre Martin Prud’homme). Est-ce que ça se transformera en accusation? Je ne le sais pas».    

ÉCOUTEZ l'entrevue de François Doré, ex-policier pour la SQ, sur QUB radio :  

  

  

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions