/news/currentevents
Navigation

Filmés en train d’acheter ce qui aurait servi au crime

L’accusé s’est défendu en affirmant avoir plutôt caché une transaction de drogue

Guiseppe de Leto et Francis Yergeau
Photo capture d'écran, courtoisie de la cour Guiseppe de Leto (à l’avant) et son coaccusé Francis Yergeau à la sortie du Canadian Tire de Saint-Hyacinthe le 6 janvier 2015, après avoir acheté deux cordes identiques à celles qui entouraient les corps des victimes.

Coup d'oeil sur cet article

Saint-Hyacinthe | Le présumé meurtrier du copropriétaire et d’une gérante d’un bar de danseuses nues de la Montérégie a été filmé avec son coaccusé en train d’acheter de la corde identique à celle qui a servi à ficeler les corps des victimes.

Guiseppe de Leto est accusé des meurtres prémédités de Martin Bélair et de sa conjointe Nancy Beaulieu qui travaillaient au Cabaret Flamingo de Saint-Hyacinthe.

Nancy Beaulieu et Martin Bélair. Victimes
Photos courtoisie
Nancy Beaulieu et Martin Bélair. Victimes

En décembre dernier, son coaccusé, Francis Yergeau, a quant à lui été reconnu coupable de ces deux meurtres prémédités dans le cadre d’un autre procès.

Vidéo de surveillance

Dans une vidéo déposée en cour récemment, on voit les deux hommes à la sortie du Canadian Tire de Saint-Hyacinthe le 6 janvier 2015, après qu’ils ont acheté deux cordes identiques à celles qui entouraient les corps des victimes.

L’homme de 37 ans a toutefois nié fermement devant jury avoir tué « son ami » et celle qu’il considérait comme « sa sister ». Ils ont été retrouvés attachés avec de la corde bleue et blanche vendue au Canadian Tire et enveloppés dans des draps vendus exclusivement chez Walmart.

En spécial

Les corps des victimes ont été découverts ensevelis sous la neige dans la boîte du camion de M. Bélair, le 9 janvier 2015, à Mascouche, à plus de 75 km de Saint-Hyacinthe.

Questionné par la procureure de la Couronne Marie-Claude Morin sur la raison pour laquelle il a acheté deux paquets de corde dans le magasin à grande surface, de Leto a répondu nonchalamment qu’il « devait y avoir un spécial ».

Lors du procès, une pathologiste et un enquêteur sont venus confirmer que les articles achetés par les deux accusés au Walmart et au Canadian Tire étaient exactement les mêmes que ceux qu’on a retrouvés sur les cadavres.

L’accusé s’est défendu en disant avoir voulu camoufler une future transaction de cannabis et non couvrir des cadavres.

De Leto a raconté que le 6 janvier 2015, M. Bélair, Yergeau et lui avaient une entente concernant une transaction de 15 kg de cocaïne.

M. Bélair devait aller récupérer un sac de sport noir dans lequel il y avait la drogue à la cimenterie d’Acton Vale, près de Saint-Hyacinthe, là où il travaillait avec Yergeau.

« Il [Martin Bélair] travaillait dans le cannabis, mais avait de très bons contacts pour la vente de cocaïne », a mentionné de Leto.

Deux versions

Selon de Leto, M. Bélair et sa conjointe auraient été assassinés à la cimenterie par Yergeau, le 6 janvier 2015.

Quant à lui, il n’aurait pas vu ses « deux amis » lors de cette soirée.

« Francis [Yergeau] m’a ramené chez moi. J’ai pris mon quatre roues et je [me] suis arrêté chez mon ami Peanut. J’ai quitté et j’ai joué aux machines au bar à Sainte-Hélène-de-Bagot [près d’Acton Vale]. Après ça, je suis retourné chez moi », a-t-il récemment relaté au tribunal.

♦ Les plaidoiries seront entendues mercredi au palais de justice de Saint-Hyacinthe.