/opinion/columnists
Navigation

On va avoir l’embarras du choix

La meilleure façon d’affaiblir le mouvement souverainiste...

GEN-Conférence de presse de Catherine Fournier
Photo Agence QMI, Mario Beauregard

Coup d'oeil sur cet article

Comme ça, Catherine Fournier a quitté le PQ.

Que voulez-vous ?

Les séparatistes ne peuvent réaliser leur rêve de séparer le Québec du Canada.

Alors en attendant, ils se séparent entre eux.

SE TIRER DANS LE PIED

Bientôt, si ça continue, il y aura autant de partis et de mouvements séparatistes qu’il y a de marques de dentifrice.

« Je voudrais un séparatiste, s’il vous plaît.

– Lequel ? Il y en a beaucoup. Des pressés, des pas pressés, des laïcs, des moins laïcs, des identitaires, des multiculturels, des verts, des gauchistes, des centristes... »

On va avoir l’embarras du choix.

On va être comme le militaire du film The Hurt Locker, quand il revient chez lui aux États-Unis et qu’il se retrouve dans le rayon des céréales d’un gros supermarché.

Il fige devant les milliers de boîtes entassées devant lui.

Il ne sait pas laquelle choisir. Il se dit : « Je pense que je vais retourner en Iraq, c’était plus simple ! »

C’est fou, quand même.

Ces militants sont tous intelligents – enfin, je le présume. Pourquoi ne voient-ils pas qu’ils sont en train d’affaiblir le mouvement souverainiste en le morcelant de la sorte ?

Vous vous tirez dans le pied ! Plus les séparatistes vont se séparer, moins la séparation a de chance de se concrétiser !

Allo ? Personne dans votre bande ne voit ça ?

Les souverainistes me font penser aux gauchistes qui passaient leur temps à se chicaner dans mon cégep.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Les marxistes-léninistes détestaient les communistes qui détestaient les trotskystes qui détestaient les maoïstes qui détestaient les socialistes qui détestaient les anarchistes...

Ils jouaient à « Je suis plus à gauche que toi ! »

LE DÎNER DE CONS

Eh bien, c’est ce que font les séparatistes.

Ils jouent à « Je suis plus séparatiste que toi ! »

Ils se poignardent dans le dos et se donnent des coups de Jarnac dans les jambes pendant que les fédéralistes rient aux éclats...

Avant, on disait de Québec solidaire : « Ils ne veulent pas gagner, ils veulent avoir raison. »

Mais c’était avant les dernières élections. Maintenant qu’ils ont humé la douce odeur de la victoire, ils veulent gagner à tout prix, et sont prêts à mettre de l’eau dans leur vin pour atteindre leur but.

Ce sont les séparatistes, maintenant, qui s’accrochent à leurs idéaux et multiplient les signes ostentatoires de « pureté ».

« Moi, je suis un séparatiste de gauche et en tant que séparatiste de gauche, je ne peux m’allier à un séparatiste de droite, c’est contre mes principes... »

C’est ça, champion !

Scie la branche sur laquelle tu es assis, sous prétexte que tu aimes les érables et que c’est un chêne...

Comme disait Thierry Lhermitte dans Le dîner de cons : « Il a une belle tête de vainqueur ! »

L’EFFET JMA

Une demande, en terminant.

J’aimerais qu’un chercheur brillant se penche sur l’effet Jean-Martin Aussant.

Comment un homme qui n’a aucune force de frappe et qui a eu une carrière politique aussi peu reluisante passe pour un superhéros ?

C’est quoi, l’affaire ?

Pensez-y : Catherine Fournier va siéger comme députée indépendantiste indépendante.

Ça serait drôle si ce n’était pas si pathétique...