/news/society
Navigation

La SPA retrouve une santé financière après plusieurs années difficiles

Un déficit de 300 000$ presque tout éliminé en moins d'un an

chat
Happy monkey - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

La Société protectrice des animaux se sort financièrement la tête de l’eau, après avoir essuyé, en moins d’une année, presque la totalité du déficit de 300 000$, qui était inscrit dans les états financiers de l’organisme.

Selon la SPA, 94% du déficit a été éliminé et les états financiers de 2018 témoignent désormais d’un déficit de moins de 20 000$.

Le porte-parole de la Société, Félix Tremblay, indique que ce redressement rapide est en grande partie grâce aux employés, qui ont eu «les meilleures idées» pour retrouver l’équilibre budgétaire.

Une diminution du séjour des animaux au refuge, modification des heures d’ouverture à l’adoption et l’augmentation de la tarification des adoptions sont les trois principales mesures qui ont permis de retrouver de saines finances.

«En période de pointe, des animaux arrivaient et le technicien n’avait pas le temps de les prendre en charge tout de suite. Les animaux attendaient et ça entraînait des frais supplémentaires, lorsqu’ils étaient malades, car on ne les traitait pas assez tôt et ça demandait plus d’argent pour le faire», indique M. Tremblay.

Avec le report des heures d’adoption, qui sont passées de 11 h à 12 h 30, les techniciens peuvent prendre les nouveaux arrivants en charge immédiatement et déterminer la «trajectoire de soins» dès son admission au refuge.

«On a donc diminué le séjour des animaux d’environ une journée et demi, ce qui a sauvé beaucoup de frais», précise le porte-parole.

Cette mesure a permis de sauver des dizaines de milliers de dollars. Sur 2000 animaux qui sont passés à l’adoption, cela représente des économies d’environ 10$ par jour.

Par ailleurs, la hausse des coûts d’adoption est survenue après une problématique de revente des animaux sur des sites, tels que Kijiji.

«On a réalisé qu’il ne fallait pas toujours faire l’association entre bas prix et bonne adoption», fait valoir M. Tremblay. «Un mois après la hausse, les adoptions n’avaient pas augmenté, mais elles n’avaient pas diminué non plus.»

Le bilan de 2018 indique une augmentation de 2% des adoptions, malgré la révision à la hausse des tarifs.

L’organisme indique que ces gains n’ont aucunement affecté les soins administrés aux animaux pris en charge par le refuge.

«La SPA, par le passé, était très inquiète face à l’avenir. Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus confiants», termine le porte-parole.