/news/politics
Navigation

Pont de Québec : au CN et à Ottawa de payer pour la peinture, dit Legault

Coup d'oeil sur cet article

 Il appartient au gouvernement du Canada et au Canadien National (CN) et à personne d’autre de payer pour repeindre le pont de Québec, considère François Legault. 

 « C’est au CN puis au fédéral de payer pour ça », a tranché le premier ministre du Québec, lors d’une mêlée de presse à l’Assemblée nationale. 

 Tel que révélé dans les pages du Journal, mercredi, Ottawa chiffre désormais à 559 M$ les coûts de restauration du pont. Il propose au CN et au gouvernement du Québec de partager la facture en trois parts égales de 186,33 M$. « Ce sont les montants véridiques », a confirmé le ministre des Transports, François Bonnardel, en début d’après-midi. 

 « Nous, on n’a jamais promis d’investir des centaines de millions pour peinturer le pont de Québec », a observé le chef caquiste, en rappelant que ce sont les libéraux de Justin Trudeau, qui lors des dernières élections fédérales, avaient promis de régler le dossier avant juin 2016. 

 « Aucun gain » selon Guilbault 

 « Imaginez, on est en 2019, ils retournent en campagne électorale avec absolument aucun gain, aucune évolution dans ce dossier-là », a ajouté dans le même sens la vice-première ministre Geneviève Guilbault. 

 « Ce n’est pas un engagement du gouvernement provincial de payer la peinture : c’est un engagement du fédéral », a insisté celle qui est aussi ministre responsable de la Capitale-Nationale. 

 Le ministre Bonnardel a quant à lui réitéré que le Québec contribue déjà largement aux travaux à venir sur le tablier routier du pont, qui sont estimés à 200 M$. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

  

 À cela s’ajoute aussi les 60 M$ sur 10 ans que le ministère des Transports s’est engagé à débourser pour l’entretien du tablier actuel, qui date de 1947. 

 Selon un document obtenu par notre Bureau parlementaire, Ottawa serait toutefois ouvert à la possibilité de payer au gouvernement du Québec une partie des coûts du tablier. Le cas échéant, le gouvernement du Québec pourrait-il investir dans la peinture? « On n’en est pas là », a signalé le ministre Bonnardel, qui préfère boucler en priorité le financement du tramway de Québec. 

 « Mais à court terme, il est hors de question qu’on mette 186 M$ (pour repeindre le pont) », a répété le ministre des Transports. 

 Deltell blâme Trudeau 

 « C’est sûr que le pont de Québec, c’est une autre promesse déçue du gouvernement libéral », a réagi de son côté le député conservateur Gérard Deltell. Selon lui, il n’était « pas responsable », pour Justin Trudeau, de s'engager à régler le dossier en seulement quelques mois. 

 L’élu fédéral de Louis-Saint-Laurent croit encore aujourd'hui que la solution passe par l’implication de l’ensemble des partenaires, ce qui comprend les deux paliers de gouvernement ainsi que les Villes de Québec et de Lévis. Le projet d’entente mis de l’avant par Stephen Harper en 2014 prévoyait qu’Ottawa débourse 75 M$, Québec 23,5 M$, puis les Villes de Québec et de Lévis, 1,5 M$. Le CN, qui est propriétaire du pont, était invité à régler l’autre moitié de la facture alors évaluée à 200 M$ pour faire disparaître la rouille du pont centenaire. « Il faut que les coûts continuent d’être partagés », croit M. Deltell.